🗯 Théodore Poussin ðŸ—¯

Tout démarre dans les années 30 par un jeune homme employé, au bureau de frêt d’une compagnie de navigation maritime, qui rêve de Dakar, Buenos-Aires, Shangaï… Il trouve un poste sur un bateau et embarque pour l’Indochine. Il ne sait pas encore qu’il ne reverra pas Dunkerque et ses proches avant trois années au cours desquelles il va traverser de multiples événements et situations.

 

Théodore Poussin n’a pourtant pas le physique du héros, sorte de Tintin sans mèche, sans trop de personnalité graphique, d’une famille quelconque ou presque, puisqu’il y a malgré tout un secret de famille qui rode. C’est poussé inconsciemment par ce désir de résoudre ce secret que Théodore part sur les traces de son oncle le Capitaine Steene, aventurier de légende mystérieusement disparu douze ans plus tôt. Il deviendra lui-même, par une sorte de loyauté vis à vis de ce parent, un grand aventurier et trouvera le secret comme on trouve un coffre au trésor après moult péripéties.

 

 

Cet oncle est-il vraiment mort ? Est-ce vraiment son oncle ? Ce sera son destin qui l’aidera à répondre à toutes ces questions. Et Théodore a un destin qui porte un nom : Novembre. Ce personnage aux allures de clergyman va le suivre durant toutes ses aventures sans qu’on sache trop très bien s’il a un rôle positif ou si au contraire c’est une sorte de criminel sadique qui fait tout pour que Théodore Poussin tombe dans les embrouilles.

 

De London à Baudelaire l’ambiance est posée pour permettre à ce personnage de devenir un héros.

 

Le trait, le graphisme est original, il semble partir d’une base entre « ligne claire » et dessins à la Morris pour aboutir à un dessin très personnel dont les ambiances ne sont pas sans faire penser à celles de Corto Maltese tout en ayant leur propre originalité.

 

Cette série de BD et son auteur recevra de nombreux prix (1987 : prix du meilleur scénario à Hyères, prix au festival international de Sierre; 1989 : Alph-Art du meilleur album français au Festival d’Angoulême; 1992 : Prix Max et Moritz de la meilleure publication de bande dessinée en allemand; 1993 : Alph-Art du public au festival d’Angoulême, prix du meilleur album au festival de Solliès-Ville, Totem de la BD au salon du livre de la jeunesse de Montreuil, prix du scénario à la cité de la BD à la Sorbonne; 1994 : prix de la meilleure série à Charleroi BD Iages; 1995 : prix du meilleur scénario au festival de la bulle d’or à Brignais; 1996 : prix du scénario au festival d’Hyères, prix fancophone au festival de la BD francophone de Québec)

 

Il aura fallu 13 ans pour découvrir le 13e album des aventures de Théodore Poussin. On ne l’attendait plus. C’est bien à la sortie des Jalousies que l’on retrouve Théodore Poussin. Le trait de Frank Le Gall tire un tout petit peu plus vers le réalisme et s’écarte davantage de la ligne claire que dans ses précédents albums, mais l’univers du marin et la manière de l’auteur de le raconter sont intacts.1

 

Dépossédé de son ancienne cocoteraie florissante désormais entre les pinces du capitaine Crabb, Théodore Poussin nourrit son infortune avec Novembre dans les bas quartiers de Singapour. Bien qu’ils semblent n’être plus que l’ombre des fiers marins qu’ils étaient, leur volonté reste d’acier et leur intransigeante acuité dans les négociations n’a d’égale que la sage détermination qu’ils ont à acheter un navire, à engager un nouvel équipage et à reprendre la mer. Pour ce qui sera peut-être leur dernier voyage… 2

 

Le scénario met en avant un Théodore Poussin qui a vieilli, souffert et mûri. Il veut désormais être maître de son destin et ne plus se laisser bousculer par les événements. De la première à la dernière page de l’aventure, c’est Poussin qui distribue les cartes et prend les choses en mai3

 

Théodore Poussin veut se venger du capitaine Crabb. Le scénario prend son temps pour nous l’expliquer et nous permet de suivre la préparation de l’expédition. Une préparation qui, en elle-même, constitue déjà une aventure, tant les lieux où elle se déroule sont infestés de requins (humains) qui nagent en eaux troubles. Pirates, aventuriers en tous genres…4

 

Sans dévoiler le contenu des premières planches livrées ou du futur tome, évoquons du moins son titre, « Le Voyage de l’Amok ». Pour les férus d’ethnologie, « l’Amok » désigne un subit déchaînement de violence meurtrière, se concluant généralement par le suicide de l’individu atteint. Cette forme de folie fut observée par des voyageurs et des ethnologues, notamment en Malaisie (d’où vient le mot), Inde, Philippines, Polynésie, Terre de Feu, Caraïbes, Région arctique et Sibérie.5

 

Décrit par Stefan Zweig dans sa nouvelle « Amok ou le Fou de Malaisie » (1922), par l’écrivain français Henri Fauconnier (dans le roman « Malaisie », Prix Goncourt 1930) ou un peu plus récemment par Jean-Christophe Grangé dans « La Ligne noire » (2004), l’amok n’est pas sans évoquer les pulsions dévastatrices des tueurs en série ou des tueurs de masse défrayant régulièrement l’actualité. Théodore Poussin parviendra-t-il de son côté à canaliser sa colère et sa vengeance, sans transformer l’Océan Indien de cette année 1934 en océan de sang ?6

 

Auréolée de nombreux prix, Théodore Poussin fait un peu figure, aujourd’hui, de série-culte. Nul doute que Le dernier voyage de l’Amok comblera ses admirateurs. 7

Le dessin de cet album est particulièrement soigné, contrairement à certains des albums précédents qui avaient été croqués plus rapidement. Franck Le Gall a opté pour un style qui s’éloigne d’une ligne claire conventionnelle, offrant beaucoup de petits traits, pour un résultat magnifique. Les belles couleurs de Robin Le Gall restituent parfaitement les ambiances des grands espaces des mers du Sud ou des bouges enfumés de Singapour.8

 

Le 14e tome est déjà annoncé et devrait se dérouler en Europe…9


2 Ibid.

4 op. cit. auracan.com

6 Ibid.

7 op. cit. auracan.com

8 op. cit. culturebd.com

9 op. cit. culturebd.com

Publicités

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.