Faut-il accepter les souffrances?

ash

( dessin de Philippe Bercovici )

[…] Personne ici ne veut accepter la souffrance. Pourquoi? Parce que la souffrance n’est pas dans notre nature. Notre nature est la joie et nous n’allons jamais accepter la souffrance. Il ne s’agit pas d’accepter la souffrance, mais plutôt ce qui est là, la réalité. La souffrance vient justement de la non-acceptation de ce qui est là. Chaque fois qu’on souffre, c’est qu’on a des problèmes avec la réalité. Tant qu’on aura des problèmes avec la réalité, on va souffrir. Souffrir consiste à prétendre que la réalité n’aurait pas dû être comme elle était. Alors, on souffre et on n’y peut rien. 

Accepter veut dire accepter le fait qu’il y a de la souffrance; cela ne veut pas dire de rester dedans.

Accepter veut dire accepter les transformations de l’existence qui sont intervenues jusqu’à maintenant et aussi celles qui vont intervenir à partir de maintenant. Ce n’est donc pas une résignation bête devant la fatalité de la souffrance. De toute façon, on n’a même pas le choix. On ne voudra jamais demeurer dans la souffrance. Pourquoi dit-on que pour être heureux il faut accepter la souffrance, sinon parce qu’on ne veut pas souffrir? Tout ce qu’on fait, y compris « accepter la souffrance », c’est pour ne pas souffrir. N’est-ce pas clair? Il ne s’agit donc pas d’accepter la souffrance, mais plutôt la réalité. Or, la réalité n’est pas souffrante; elle est joyeuse. Tant qu’on ne comprend pas le mécanisme de la souffrance, qui est refus de ce qui est au nom de ce qu’on n’est pas, on essaie de la combattre : on use de violence dans sa vie et cela ne fait que générer davantage de détresse.

( d’après un texte de Jean Bouchart D’Orval lu sur Invité de Marc)

abonnezvous

 

7 commentaires

    1. Il faut faire la différence entre douleur et souffrance, et aussi considérer que la traduction « souffrance » n’est qu’une signification pour traduire dukkha, qui est plus de l’ordre de l’insatisfaction, « mal-être » ou « mal-aise »me semblent plus adaptés.

      Dire que la réalité est joyeuse est une conceptualisation personnelle de l’auteur, c’est en effet, comme tu le soulignes, le bémol que je mettrais au texte. Par contre, nous pouvons avoir une attitude joyeuse dans la vie, si nous nous libérons de ce mal-aise. cela ne veut pas dire que l’on va s’éclater de rire tout le temps, mais qu’on va vivre ce qu’on appelle la béatitude ((du latin beatitudo, le bonheur). Bien sûr il y aura encore des douleurs, mais heureusement celles ci n’empêchent pas cette joie (sinon je n’ai plus qu’à me « suicider avec une saucisse » :mrgreen: moi qui suis dans la douleur presqu’en permanence).
      Mais pour cela il faut emprunter ce chemin de vie qu’est l’octuple sentier, sinon la douleur nous fait justement refermer sur nous-mêmes et nous amène à la souffrance

      chaleureusement

      J'aime

      1. Opposer Souffrance et joie sous fond de réalité n’est pas le bon chemin. La peine peut aussi donner du bonheur. Quand elle nous assaille comme c’est malheureusement le cas pour toi, rien ne nous empêche d’éprouver des instants de bonheur à l’intérieur même de cette souffrance. Le bonheur est partout mais la joie…n’est qu’une expression limitée et stéréotypée du bonheur. Les meilleurs instants de bonheur c’est quand on pleure, non ?
        Je ne sais toujours pas quel est ton handicap et j’espère qu’on aura l’occasion de se rencontrer pour parler avec les yeux ou les mains !
        Je pensais que ce texte était de toi, je le trouvais très proche et bien tourné…merci pour ta réponse.

        J'aime

        1. Ahahaha non pour moi, la peine ne peut pas apporter le bonheur ou les meilleurs instants de bonheur ne sont pas liés aux pleurs :mrgreen:

          Il ne s’agit pas pour moi de trouver des instants de bonheur dans ou malgré la douleur, mais tout simplement avoir une vie éveillée, cette béatitude (bonheur) dont je parlais dans le commentaire ci-dessus, pour moi cette vie éveillée (mais je peux me tromper) de JOIE. Les êtres que j’ai pu rencontrer qui manifestais cette vie éveillée était d’ailleurs ainsi.

          Pour le handicap, c’est principalement une fibromyalgie, qqs « détails » ici : http://frederic.baylot.org/post/17612-fibro

          Pour le texte, à part le bémol que j’indiquais, je m’en effet proche, d’où le fait de le présenter ici.

          Belle semaine à toi Daniel, chaleureusement

          J'aime

          1. je ne sais que te dire, j’ai pas mal de ces symptômes et je me garde bien d’aller voir un rhumatologue ou d’en parler. La gym du matin me fait du bien et pour le reste je mets ça sur le compte de la souffrance due à la vieillerie, la décrépitude…Rien d’anormal au fond. Pourquoi en parlerai-je ? J’ai écrit un article là-dessus car je me prépare à pire. Et après…C’est la vie ! http://danielbukohoten.com/2013/07/09/nostalgie-le-retour-au-pays/

            J'aime

  1. Bonjour Frédéric,
    Je te rejoins dans ta réponse à Danielbukohoten ; je saisis bien cette distinction.
    Comme tu le sais, ma vie peut être douleur, comme toi, mais j’arrive quand même maintenant à avoir des moments que je qualifie de bien-être.
    Soit, en présence de mon petit fils, mais aussi seule chez moi, un peu de relaxation, un oiseau qui gazouille et je peux me sentir vraiment bien. Tu vois je fais des progrès…!!!
    J’espère que toute ta petite famille va pour le mieux.
    A bientôt, peut être pour ma visite quand tu m’auras donné tes disponibilités.
    Gros bisous

    J'aime

    1. Super, toi qui « connait bien cette maladie » de pouvoir ainsi trouver ces instants de bonheur comme le dit aussi Daniel.
      ce sont des pièces qui peuvent à la longue créer un comportement d’ouverture vers ce bonheur « malgré tous les malgré », qui ne dépend plus des conditions qui sont ce qu’elles sont

      Pour les visites, je ne sais pas, aurais-je un « mail de retard » ? ou qui soit passé dans les spams ?
      Au mois d’août je suis à la maison, je pense que tu connais mon n° de tel, de toutes les manières je sais que tu as mon mail, tu me préviens (si possible) qqs jours à l’avance et on se voit, avec plaisir

      bon courage à toi

      je t’embrasse

      J'aime

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.