La parole juste

En général lorsqu’on s’engage dans une Voie spirituelle c’est par aspiration à un bonheur durable et global dans notre vie. Notre vie, inclut le contexte de vie dans lequel nous sommes et tous les êtres vivants qui s’y trouvent. Cet investissement implique qu’on veuille se transformer pour favoriser tout cela. C’est pourquoi le plus souvent suivre une Voie va s’accompagner de prise d’engagements. Dans le bouddhisme zen on parle de « prendre les préceptes ». De ces dix préceptes1, trois concernent le corps, trois autres l’esprit et quatre la parole pour quatre. Si la parole demande plus d’engagements c’est bien qu’elle est plus souvent utilisée pour détruire que pour faire le bien. La parole est énergie, elle peut tout transformer, comme le dit Marshall B. Rosenberg : « Les mots sont des fenêtres ou bien ce sont des murs »2 : elle ne reste jamais sans effet. Lire la suite

Pourquoi vivons-nous dans un monde si difficile ?

1.jpg

On a vu ce qu’était la terre de bouddha pour un bodhisattva : les êtres qu’il doit aider, sauver, amener à l’éveil. On a vu que la clé du chemin du bodhisattva est la pureté de l’esprit obtenue par une succession de clarification de l’esprit comme les 6 paramitas. Et quand l’esprit du bodhisattva est pur, sa terre de bouddha est pure. Pourtant si nous vivons dans une terre de bouddha, la réalité semble bien difficile, abrupte, violente et peu « pure ». C’est la réflexion que se fait Shâriputra, un disciple de Bouddha. Il se demande si le Bouddha a eu des pensées encore impures en tant que bodhisattva car cette terre de bouddha est loin d’être pure ! Lire la suite

Vîrya, la persévérance, la vigueur

fb

La persévérance c’est l’énergie enthousiaste pour devenir un artiste joyeux de la vie. Elle s’oppose à la paresse, au découragement, à l’abandon. Comme il a été dit dans la patience, c’est transformer les obstacles en appui, les erreurs en apprentissage. Dôgen dit « Tomber sept fois, se relever huit ». Lire la suite