⏏️ Rêve évolution

ET MAINTENANT….

⏏️ RÊVE ÉVOLUTION

Restrictions sanitaires : pourquoi la colère monte en Europe ? Des mouvements de contestation, parfois violents, ont éclaté en Italie, en Espagne ou encore en France face aux politiques de restrictions sanitaires face à la seconde vague de coronavirus. Une colère d’origine populaire liée à un contexte socio-économique désastreux qui semble se politiser au profit de l’extrême droite.

Alors qu’une partie de l’Europe se reconfine face à la menace de la seconde vague de coronavirus, des centaines d’Italiens, d’Espagnols, et plus récemment de Français, sont descendus dans les rues ces derniers jours pour marquer leur opposition aux nouvelles restrictions. Ces mouvements, parfois violents, remettent en cause les mesures sanitaires qu’ils jugent liberticides.

À l’origine de cette colère ? « Une réaction face aux mesures draconiennes, à une insécurité économique et à un ressentiment social fort », note Thierry Chopin, professeur à l’Université catholique de Lille. Alors que le premier confinement a suscité l’adhésion d’une majorité de la population, de nombreuses émotions sont venues s’ajouter les unes sur les autres.

« Les discours rationnels des experts et des gouvernements ont du mal à prendre en compte cette agglomération de peur, de défiance, de vulnérabilité, de ressentiment et de colère, passions politiques sur lesquels les populistes, au contraire, risquent de capitaliser », estime Thierry Chopin. « Selon les contextes nationaux, il y a un risque que se renforce ce type de protestations si la crise dure. Le facteur temps est essentiel. »

Certaines révoltes ont déjà commencé à basculer au profit de l’extrême droite. En Italie, le mouvement né le 24 octobre à Naples de petits entrepreneurs, restaurateurs et commerçants en colère contre les restrictions portées contre leurs commerces, s’est rapidement radicalisé. Dans la nuit du 27 octobre, 200 militants néofascistes du groupe Forza Nuova ont déclenché une guérilla urbaine à Rome contre les forces de l’ordre. De nouveaux affrontements ont suivi dans la semaine.

« Les partis d’extrême droite ont toujours été très critiques de l’action des gouvernements depuis le premier confinement. Ils fustigent leur manque de capacité à prévoir, à s’organiser. Cette critique n’a rien d’étonnant. Mais aujourd’hui on note que l’extrême droite traditionnelle est fortement alimentée par les groupuscules complotistes qui ont une facilité à propager leurs messages dans cette crise », analyse Anaïs Voy-Gillis, docteure de l’Institut Français de Géopolitique.

« On est peut-être à un moment de bascule par rapport au début de la crise », observe Thierry Chopin, qui voit dans la fermeture des frontières et dans le repli des pays sur eux-mêmes à la faveur de la crise une forme de légitimation des idées populistes qui pourrait « renforcer le discours néosouverainiste contre les autres ».

(EXTRAIT D’UN ARTICLE À LIRE DANS SON INTÉGRALITÉ SUR LE SITE DE LA CROIX)

BD de Jacky Arlettaz et Frédéric Baylot

LIRE D’AUTRES BD DE FRÉDÉRIC SUR BAYLOT.ORG

#bandedessinee #bandedessinée #bd #HistoireCourte #HistoiresCourtes #InstaBD #FrédéricBaylot #BDLàOùLaPhiloMène #BDLaOuLaPhiloMene #illustration #illustrations#dessin #bandedessinee #bandedessinée #dessindujour #instadraw #BDEtMaintenant #Philosophie 

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.