đŸ•‰ïž Le Bouddha n’a jamais rien enseignĂ© đŸ•‰ïž

 À l’Ă©poque du Bouddha, les disciples n’avaient qu’Ă  le regarder vivre pour recevoir son enseignement.

« Le grand maĂźtre, le vĂ©nĂ©rable des SĂąkya, ne faisait que guider les ĂȘtres par son Ă©veil suprĂȘme. » (1)

comme le disait Gandhi :

« Ma vie est mon seul enseignement »

Bien sĂ»r Ă  notre Ă©poque, nous avons des myriades de livres sur l’enseignement du Bouddha, mais est-ce suffisant pour vivre son enseignement dans notre quotidien ?

« Bien qu’ils aient transmis les livres du Bouddha, c’est comme s’ils avaient oubliĂ© son dharma. » (1)

Au delĂ  des Ă©crits, des paroles, il y a Ă  entendre quelque chose d’autre dans le bouddhisme.

« Tout cela provient du fait qu’ils ignoraient les anciennes maniĂšres dans l’Ă©tude de la voie. » (1)

« Comme l’Ă©crivait rĂ©solument NĂągĂąjurna : « À quiconque et nulle part, le Bouddha n’a jamais rien enseigné » (2)

« Le Bouddha porte le titre de muni, le « Silencieux » (en sanskrit).
Mais si le dharma doit conduire Ă  un grand silence, le dharma n’en reste pas moins un discours.
Pour ceux qui avancent dans le sentier des bouddhas, les doctrines, les rites, les pratiques se dĂ©voient peu Ă  peu comme un immense et magnifique dispositif qui invite Ă  quelque chose d’autre. Dans la Voie de la Grandeur, il s’agit de la seule entente de la vacuitĂ©. Pour qui accĂšde Ă  la vacuitĂ©, il n’y a plus de vĂ©ritĂ© Ă  enseigner, plus d’ÉveillĂ© Ă  honorer, plus de corps ni d’esprit Ă  discipliner. » (2)

« Se vouer Ă  un culte n’est d’aucune utilitĂ© pour atteindre la Voie – La seule chose que l’on puisse faire est d’ĂȘtre sans souillure. La souillure, c’est quand l’esprit est tachĂ© par des pensĂ©es de vie et de mort, ou par l’action dĂ©libĂ©rĂ©e – Saisir la vĂ©ritĂ© est la fonction d’un esprit tournĂ© vers le quotidien – L’esprit tournĂ© vers le quotidien est dĂ©pourvu d’intentions, dĂ©pourvu de concepts de bien et de mal, de prendre et de donner, de fini et d’infini. Toutes nos activitĂ©s quotidiennes – marcher, se tenir debout, ĂȘtre assis, couchĂ©- toute rĂ©pondre Ă  des situations, nos maniĂšres d’aborder les circonstances quand elles surgissent, tout cela est la Voie. »
Baso DĂŽitsu (3)

  1. GakudĂŽ YĂŽjin ShĂ» (Recueil des points Ă  observer dans l’étude de la voie) de Eihei DĂŽgen in « Les fleurs du vide ; anthologie du bouddhisme » E Rommeluere Grasset (1997)
  2. Le bouddhisme n’existe pas – Rommeluùre, Éric – Edition Seuil
  3. in Les patriarches du zen – Edition du ReliĂ©

2 commentaires

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.