✊ La crise est l’occasion de faire passer des politiques impopulaires ✊

LA CRISE EST L’OCCASION DE FAIRE PASSER DES POLITIQUES IMPOPULAIRES

Le coronavirus est officiellement une pandémie mondiale qui a jusqu’à présent infecté dix fois plus de personnes que le SRAS en 2003.

Ce sont les conditions parfaites pour que les gouvernements mettent en œuvre des programmes politiques qui, autrement, rencontreraient une grande opposition si nous n’étions pas tous aussi désorientés. Cette chaîne d’événements n’est pas exclusive à la crise déclenchée par le coronavirus ; c’est le projet que les politiciens et les gouvernements poursuivent depuis des décennies, connu sous le nom de “doctrine de choc”, un terme inventé par l’autrice Naomi Klein (journaliste, essayiste réalisatrice et altermondialiste canado-américaine ayant écrit de nombreux ouvrages de militantisme politique pointant les défaillances du capitalisme, du néolibéralisme et de la mondialisation. Elle a étudié à l’Université de Toronto et à la London School of Economics.) dans un livre du même nom en 2007.

La doctrine des chocs

L’histoire est une chronique des “chocs” — les chocs des guerres, des catastrophes naturelles et des crises économiques — et de leurs conséquences. Ces suites sont caractérisées par le “capitalisme catastrophe” — des “solutions” calculées et de libre marché aux crises qui exploitent et exacerbent les inégalités existantes.

Selon M. Klein, nous assistons déjà à un capitalisme catastrophique sur la scène nationale : en réponse au coronavirus, M. Trump a proposé un plan de relance de 700 milliards de dollars qui comprend des réductions des charges sociales (qui dévasteraient la sécurité sociale) et fournirait une aide aux industries en manque d’opportunités d’affaires à cause de la pandémie. “Ils ne le font pas parce qu’ils pensent que c’est le moyen le plus efficace de soulager la souffrance lors d’une pandémie ; ils ont ces idées maintenant qu’ils voient une opportunité de les mettre en œuvre”, a déclaré M. Klein.

Le capitalisme catastrophe

Le “capitalisme catastrophe” décrit la façon dont les industries privées émergent pour bénéficier directement des crises à grande échelle. La spéculation sur les catastrophes et la guerre n’est pas un concept nouveau, mais elle s’est vraiment approfondie sous l’administration Bush après le 11 septembre, lorsque l’administration a déclaré ce type de crise sécuritaire sans fin, et l’a simultanément privatisée et externalisée — cela a inclus l’État de sécurité nationale et privatisé, ainsi que l’invasion et l’occupation [privatisée] de l’Irak et de l’Afghanistan.

La “doctrine de choc” est la stratégie politique consistant à utiliser les crises à grande échelle pour faire avancer des politiques qui approfondissent systématiquement les inégalités, enrichissent les élites et affaiblissent les autres. En temps de crise, les gens ont tendance à se concentrer sur les urgences quotidiennes pour survivre à cette crise, quelle qu’elle soit, et ont tendance à trop compter sur ceux qui sont au pouvoir.

L’occasion de réformes impopulaires

En réponse à la Grande Dépression et au Dust Bowl, un gouvernement beaucoup plus actif a émergé dans le pays, qui s’est donné pour mission de résoudre directement la crise économique de l’époque en créant des emplois gouvernementaux et en offrant une aide directe. Si vous êtes un économiste du libre marché, vous comprenez que lorsque les marchés échouent, vous vous prêtez à un changement progressif qui est beaucoup plus organique que le type de politiques de déréglementation qui favorisent les grandes entreprises. La doctrine de choc a donc été développée comme un moyen d’éviter que les crises ne cèdent la place à des moments organiques où des politiques progressistes émergent. Les élites politiques et économiques comprennent que les moments de crise sont l’occasion de faire avancer leur liste de souhaits de politiques impopulaires qui polarisent encore plus la richesse dans ce pays et dans le monde entier.

Après l’ouragan Katrina des groupes d’experts de Washington comme la Heritage Foundation se sont réunis et ont créé une liste de solutions “pro-libre marché” pour Katrina. Nous pouvons être sûrs que le même type de réunions se tiendront maintenant. En fait, la personne qui a présidé le groupe Katrina était Mike Pence (la personne qui préside maintenant le dossier Coronavirus aux USA). En 2008, ce mouvement s’est traduit par le sauvetage des banques, où les pays leur ont remis des chèques en blanc, qui se sont finalement élevés à plusieurs milliards de dollars. Mais le coût réel de cette situation a finalement pris la forme de vastes programmes d’austérité économique [réductions ultérieures des services sociaux]. Il ne s’agit donc pas seulement de ce qui se passe maintenant, mais aussi de la façon dont ils vont payer à l’avenir, lorsque la facture de tout cela sera due.

Que faire individuellement ? : Faire collectivement !

Lorsque nous sommes mis à l’épreuve par la crise, soit nous nous replions et nous nous effondrons, soit nous grandissons, et nous trouvons des réserves de force et de compassion dont nous ne savions pas que nous étions capables. Ce sera l’un de ces tests. La raison pour laquelle j’ai un certain espoir que nous puissions choisir d’évoluer est que — contrairement à 2008 — nous avons une alternative politique si réelle qu’elle propose un type différent de réponse à la crise qui s’attaque aux causes profondes de notre vulnérabilité, et un mouvement politique plus large qui la soutient.

Nous ne pouvons pas nous décourager ; nous devons plus que jamais nous battre pour l’universalité des soins de santé, des gardes d’enfants, des congés de maladie payés, tout cela est étroitement lié.

“Je vais prendre soin de moi et des miens, nous pouvons obtenir la meilleure assurance maladie privée qui soit, et si vous ne l’avez pas, c’est probablement votre faute, ce n’est pas mon problème” : voilà ce que ce genre d’économie de winner met dans nos cerveaux. Ce qu’un moment de crise comme celui-ci révèle, c’est notre interrelation les uns avec les autres. Nous constatons en temps réel que nous sommes beaucoup plus interconnectés les uns avec les autres que notre système économique brutal ne le laisse croire.

Nous pouvons penser que nous serons en sécurité si nous bénéficions de bons soins médicaux, mais si la personne qui prépare ou livre notre nourriture, ou qui emballe nos boîtes n’a pas de soins médicaux et ne peut pas se permettre d’être examinée, et encore moins rester à la maison parce qu’elle n’a pas de congé de maladie payé, nous ne serons pas en sécurité. Si nous ne prenons pas soin les uns des autres, aucun d’entre nous ne sera en sécurité. Nous sommes coincés.

Les différentes manières d’organiser la société favorisent ou renforcent différentes parties de nous-mêmes. Si vous êtes dans un système qui, vous le savez, ne prend pas soin des gens et ne distribue pas les ressources de manière équitable, alors la partie qui prend soin de vous sera renforcée. Gardez donc cela à l’esprit et réfléchissez à la manière dont, au lieu de vous entasser et de penser à la façon dont vous pouvez prendre soin de vous-même et de votre famille, vous pouvez changer et réfléchir à la façon dont vous pouvez partager avec vos voisins et aider les personnes les plus vulnérables.

EXTRAITS D’UN ARTICLE À LIRE DANS SON INTÉGRALITÉ SUR ANTI-K

CRÉDITS PHOTO : IXIMUS  VEKTOR KUNST & GERD ALTMANN

(lu sur le site de l’Université Populaire Pyrénées Méditerranée )

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.