🃏 Veuillez nous excuser pour cette interruption de…. đŸƒ

AU-DELÀ DES GRÈVES ET DES RÊVES

Le sociologue suggĂšre une pause dans le dĂ©bat sur les retraites. Le sujet mĂ©rite une vraie rĂ©flexion, et non le projet imposĂ© par l’orthodoxie doctrinaire du nĂ©olibĂ©ralisme. Il met aussi en garde les acteurs du mouvement social actuel : il risque de libĂ©rer les pires forces rĂ©actionnaires :

Je suis de ceux qui pensent qu’une ample discussion sur le problĂšme des retraites aurait Ă©tĂ© un prĂ©alable nĂ©cessaire Ă  un projet de rĂ©forme. Une rĂ©forme demande une rĂ©flexion et une pensĂ©e avant tout calcul.

Je suis de ceux qui pensent qu’une ample discussion publique aurait dĂ» porter sur les diffĂ©rentes façons de vivre sa retraite, considĂ©rant ceux pour qui la retraite est une libĂ©ration qui permet une nouvelle vie et ceux pour qui elle est une remise Ă  l’écart dans une nocive inactivitĂ©, et Ă©galement sur les dissemblances extrĂȘmes du vieillissement, lequel maintient les uns en santĂ© tandis qu’il dĂ©grade la vie de la plupart des autres. Je suis de ceux qui auraient aimĂ© que la parole soit donnĂ©e Ă  toutes les catĂ©gories de retraitĂ©s actuels pour que les expĂ©riences vĂ©cues dans la retraite, du bricolage ou la garde des petits enfants Ă  l’asile, entrent dans la connaissance des dĂ©cideurs et des citoyens avant toute Ă©laboration de projet.

Je suis de ceux qui se demandent si une unification du systĂšme des retraites serait vraiment rationnelle si elle ne respecte pas la diversitĂ© des cas et situations. Aux pĂ©nibilitĂ©s du travail physique et industriel se sont ajoutĂ©es ou parfois substituĂ©es des pĂ©nibilitĂ©s psychiques dues aux compressions de personnels et surcharges de l’hypercompĂ©titivitĂ©. Ne serait-il pas alors possible de trouver les moyens de combiner unitĂ© et diversitĂ© ?

Je suis de ceux qui pensent que la prolongation physique de la vie comporte trop de diffĂ©rences dans le vieillissement et la santĂ© selon classes sociales, origines et mĂ©tiers pour fixer un recul de l’ñge de la retraite. L’allongement de la quantitĂ© de vie n’entraĂźne pas de lui-mĂȘme un allongement de la qualitĂ© de vie. Par ailleurs, la prolongation de l’espĂ©rance de vie n’est qu’une hypothĂšse qui peut ĂȘtre contrariĂ©e par la dĂ©gradation des conditions de vie ou la progression actuelle de maladies chroniques.

Comme il m’est Ă©vident que l’ñge proposĂ© (et peut-ĂȘtre imposĂ©) est dĂ©terminĂ© avant tout par des considĂ©rations budgĂ©taires, il obĂ©it non pas Ă  une rationalitĂ© rĂ©formatrice, mais Ă  une rationalitĂ© Ă©conomiste ou plutĂŽt financiĂšre, imposĂ©e par l’orthodoxie doctrinaire du nĂ©olibĂ©ralisme. Les promoteurs de cette rationalitĂ© ne voient pas son irrationalitĂ©.

Je suis de ceux qui pensent que la rĂ©volte contre la rĂ©organisation standardisante des retraites, dite rĂ©forme, tient non seulement ou principalement Ă  des intĂ©rĂȘts corporatistes lĂ©sĂ©s ou des privilĂšges, qui ne semblent tels qu’aux vrais privilĂ©giĂ©s, mais Ă  une rĂ©action populaire profonde contre une politique rĂ©actionnaire abolissant les unes aprĂšs les autres les conquĂȘtes sociales du siĂšcle passĂ©.

Ainsi je suis de ceux qui pensent que le soulĂšvement français si singulier, nĂ© des gilets jaunes et se renouvelant dans les grĂšves de dĂ©cembre, s’intĂšgre dans un soulĂšvement de peuples de divers continents. Les plus frappants et hĂ©las les plus frappĂ©s sont ceux oĂč la nouvelle «sainte alliance» des pouvoirs politiques et des pouvoirs financiers est Ă©tablie.

Je suis donc de ceux qui comprennent ce soulĂšvement, sans en mĂ©connaĂźtre les scories de haines, d’égarements, de violences dans sa grande rĂ©volte et sa grande fraternisation. J’ai connu les scories de notre merveilleuse libĂ©ration de Paris avec ses femmes tondues et ses dĂ©lations de vengeance.

Je suis Ă©galement de ceux qui sont convaincus que la voie politique Ă©conomique, sociale, propulsĂ©e par le triple moteur dĂ©chaĂźnĂ© et incontrĂŽlĂ© science-technique-Ă©conomie conduit Ă  des catastrophes en chaĂźne affectant le devenir de l’humanitĂ©. Mais je pense que la rĂ©volution nĂ©cessaire est prĂ©sentement impossible. Je pense mĂȘme qu’une voie de mĂ©tamorphose progressive, bien qu’elle soit dĂ©finie par quelques-uns dont l’auteur de ces lignes, ne peut ĂȘtre suivie faute d’une pensĂ©e fondĂ©e sur une conception complexe du monde, de la vie, de l’humain, de la sociĂ©tĂ©, de l’histoire, faute d’une organisation d’avant-garde annonçant, prĂ©parant, agençant la nouvelle voie.

Alors voici ma crainte fondĂ©e sur la conscience qu’une action n’obĂ©it pas nĂ©cessairement Ă  son intention, mais subit les dĂ©tournements et parfois, pire, son propre retournement contraire Ă  l’intention. Ainsi les printemps libĂ©rateurs ont aussi libĂ©rĂ© des forces rĂ©actionnaires qui les ont abolis et instituĂ© souvent un regel pire que celui qui prĂ©cĂ©dait. Il en fut ainsi du printemps arabe de 2010-2011, du printemps europĂ©en de 1848, de la rĂ©volution russe Ă©mancipatrice de 1917 devenue asservissante. Les forces les plus progressistes dĂ©clenchent les pires forces rĂ©actionnaires, qui peuvent ĂȘtre Ă©crasĂ©es, mais risquent d’ĂȘtre Ă©crasantes.

Je crains donc que le soulÚvement populaire ne débouche non seulement sur une répression réactionnaire, mais sur une aventure qui conduirait au pouvoir du Rassemblement national ou de quelque néodictature.

Aussi je pense qu’un compromis puisse ĂȘtre une issue provisoire : un compromis est une demi-victoire ou une demi-dĂ©faite selon qu’on le voie comme une bouteille Ă  moitiĂ© pleine ou Ă  moitiĂ© vide. Il favoriserait une pause historique oĂč nous pourrions rĂ©flĂ©chir enfin Ă  comment rĂ©sister Ă  la rĂ©gression planĂ©taire envahissant tous les continents, comment sauver les avant-gardes en les faisant arriĂšre-garde contre la rĂ©gression, comment Ă©laborer la nouvelle pensĂ©e, la nouvelle politique et les nouveaux modes d’organiser l’action.

Edgar Morin sociologue

https://www.liberation.fr/debats/2020/01/02/au-dela-des-greves-et-des-reves_1771532

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.