🃏 Impossible de faire autrement đŸƒ

“L’homme est un ĂȘtre dont l’essence ne peut ĂȘtre affirmĂ©, car cela entre en contradiction avec l’homme et son pouvoir de se transformer indĂ©finiment”. Pour Sartre cependant, il n’existe pas de schĂ©ma prĂ©-Ă©tabli pour la nature humaine, “chaque homme fait son essence”. La sĂ©paration opĂ©rĂ©e par Sartre sur l’existence et l’essence donne lieu Ă  une ontologie diffĂ©renciĂ©e. PremiĂšrement, l’ĂȘtre en-soi. Ce groupe des «choses» (comme des roches, des arbres et des coupe-papiers) ont les caractĂ©ristiques suivantes: ils ne sont pas libres, pas responsables, ont une essence dĂ©terminĂ©e, fixe et complĂšte. Contrairement Ă  ces “objets” non-conscients, il y a les ĂȘtre pour-soi. Ces «sujets» conscients ont les caractĂ©ristiques suivantes : libre, responsable d’eux-mĂȘmes, sans ‘essence dĂ©terminĂ©e.

Sartre insiste sur le fait que non seulement les humains sont libres Ă  chaque instant de choisir, mais qu’ils sont “condamnĂ©s Ă  ĂȘtre libres” : il lui est impossible d’ĂȘtre autrement.

Sartre définit la liberté comme :
“L’ĂȘtre mĂȘme du Pour-soi qui est« condamnĂ© Ă  ĂȘtre libre ».”Être libre” ne signifie pas “obtenir ce que l’on a souhaitĂ©â€, mais plutĂŽt “dĂ©terminer par soi-mĂȘme ce que l’on souhaite” (au sens large de choisir). En d’autres termes le succĂšs n’est pas important par rapport Ă  la libertĂ©.
Un objet, Ă©tant en-soi, est dĂ©terminĂ© par son essence, un arbre n’est pas libre de choisir son destin il doit vivre sa vie selon sa nature. On pourrait dire qu’un arbre est «condamnĂ© Ă  ne pas ĂȘtre libre». Parce que les humains n’ont pas de nature intrinsĂšque ou essence (selon Sartre), parce que nous avons la conscience auto-rĂ©flexive, nous sommes libres de nous dĂ©terminer. «L’homme est non seulement libre – l’homme est la liberté». «Nous sommes seuls, sans excuses. C’est ce que je veux dire quand je dis l’homme est condamnĂ© Ă  ĂȘtre libre. CondamnĂ©, parce qu’il ne s’est pas crĂ©Ă© lui-mĂȘme, et encore nĂ©anmoins la libertĂ©, et Ă  partir du moment oĂč il est jetĂ© dans ce monde il est responsable de tout ce qu’il fait »

Sartre élimine en un seul geste Dieu comme un figure déterministe paternelle et comme consolation.

TrĂšs peu de gens, selon Sartre, sont prĂȘts Ă  accepter et Ă  assumer leur libertĂ© et par consĂ©quent ĂȘtre responsables d’eux-mĂȘmes. Cette responsabilitĂ© de l’auto-dĂ©termination est la cause pour la plupart des gens de l’angoisse et du dĂ©sespoir, les gens prĂ©fĂšrent ĂȘtre en mesure de projeter la responsabilitĂ© de leur situation sur quelqu’un ou quelque chose d’autre. La rĂ©alisation que «notre destin est entre nos propres mains” signifie que nous Ă©prouvons un sentiment d ‘”abandon”

EXTRAITS D’UN ARTICLE SUR LA PHILO, LIRE L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE ICI

D’autres BD de LÀ OÙ LA PHILO MÈNE sur http://philomene.baylot.org

 

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.