🐧 Et si on prenait le temps de s’arrĂȘter đŸ§

[
/
]

La semaine derniĂšre, j’ai dĂ©couvert avec stupĂ©faction que j’ai tellement l’habitude de courir – pour me rendre au travail, dĂ©poser les enfants Ă  l’école, ranger la maison
 – que je cours mĂȘme lorsque cela n’est pas nĂ©cessaire ! Comme si me dĂ©pĂȘcher Ă©tait devenu une sorte d’automatisme !

[
/
]

RĂ©alisant que je me hĂątais inutilement, j’ai illico ralenti le pas et commencĂ© Ă  regarder autour de moi. LĂ , j’ai pris conscience de la prĂ©sence des arbres et des pigeons, des jeunes jouant au foot, du bruit du sable sous mes pas. La vie quotidienne et ses exigences nous coupent de notre environnement. Nous ne faisons mĂȘme plus attention Ă  ce qui nous entoure. Nous avançons les yeux rivĂ©s sur l’heure, tout en pensant Ă  plusieurs choses Ă  la fois. C’est pourquoi nous avons l’impression que le temps passe vite. Parce que nous ne sommes pas rĂ©ellement lĂ . Je veux dire, dans le prĂ©sent. Notre corps oui, mais pas notre esprit. Nous nous plaignons constamment d’ĂȘtre fatiguĂ© et de ne pas trouver le temps de nous reposer. En vĂ©ritĂ©, nous ne prenons pas le temps de le faire. Ou nous le faisons mal. Car lorsque nous avons cinq minutes devant nous, nous les meublons en vĂ©rifiant nos mails, nos sms, que sais-je encore, au lieu de nous accorder une vĂ©ritable pause, c’est-Ă -dire NE RIEN FAIRE DU TOUT !

Et si nous prenions le temps de nous arrĂȘter et de nous reconnecter Ă  ce qui nous entoure ?

[
/
]

Prenez juste 10 minutes pour un exercice tout simple : asseyez-vous sur un banc et focalisez-vous sur votre environnement. Oubliez votre téléphone portable, laissez votre livre dans votre sac. Sollicitez vos sens.

D’abord la vue : prenez le temps de regarder autour de vous. Que voyez-vous ? Des immeubles, des arbres, des passants ? Attardez-vous un peu sur ce que vous voyez de façon à en prendre pleinement conscience.

Maintenant, l’ouĂŻe : qu’entendez-vous ? Les moteurs des voitures, le chant des oiseaux, des voix qui s’élĂšvent ?

Au tour de l’odorat : percevez-vous une odeur quelconque ? Celle des pots d’échappement, des fleurs ou plutĂŽt celle d’un parfum ?

A présent, le toucher : ressentez-vous la chaleur ou la fraßcheur sur votre peau, la caresse du vent ?

Vous conviendrez qu’ici, le goĂ»t n’a pas vraiment besoin d’ĂȘtre sollicité 

Cet exercice vous permet de ressentir un bien-ĂȘtre immense, car vous ĂȘtes dans le prĂ©sent, dans l’instant. Totalement conscient de ce qui se passe autour de vous. L’esprit libĂ©rĂ©, pour un instant, de toute prĂ©occupation. Vous ĂȘtes. Tout simplement. Vous avez ensuite l’impression d’ĂȘtre rechargĂ© – comme on recharge une batterie – habitĂ© d’une Ă©nergie nouvelle. Imaginez les bienfaits d’une pratique quotidienne !

[
/
]

LIRE L’ARTICLE INTÉGRAL, DONT SONT TIRÉS CES EXTRAITS, SUR CHASSEUSE DE BONNES NOUVELLES

Mes dessins sont sous licence Creative Commons CC-BY-NC-ND (Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification) et peuvent ĂȘtre utilisĂ©s dans ces seules conditions en indiquant le lien http://frederic.baylot.org/ (pour tout contact et demande : ICI); N’HÉSITEZ PAS À LES PARTAGER
Publicités

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.