đŸŒ± Une BD pour raconter le jeĂ»ne d’une semaine đŸŒ±

Shenanigansen, auteur de BD a jeĂ»nĂ© pendant une semaine et a relatĂ© succinctement son expĂ©rience (attention les traductions que j’ai pu faire des textes sont aussi justes que mon anglais me le permet, c’est Ă  dire trĂšs approximatives )

J’ai jeĂ»ner pendant une semaine et documentĂ© mon expĂ©rience sous forme de BD

Petit déjeuner, déjeuner, dßner,
En-cas : Supplément calorifique (trÚs mauvais)

Premier jour
Oh mon dieu, j’ai si faim
tu peux arrĂȘter, tu sais. Tu n’as pas Ă  le faire. Tu n’as rien dit Ă  personne.
Je vais le dire Ă  un ami qui me critique toujours
Tu es fou, maintenant ta fierté est impliquée

DeuxiĂšme jour
Spéciale dédicace pour un ancien de mes amours
Il m’a quittĂ© et est passĂ© Ă  autre chose :
la nourriture
Tu me manques bébé

TroisiĂšme jour
Mon odorat a été grandement amélioré.
Il y a un mélange de gùteaux à la station-service dans la rue plus bas.

QuatriĂšme jour
Toutes mes blessures passées sont revenues me hanter.
Je parie que c’est le gars qui est venu et qui a juste regardĂ© le mĂ©lange de gĂąteaux.

CinquiĂšme jour
SpĂ©ciale dĂ©dicace a une vieille et cruelle liaison que j’ai eue.
Pour qui j’étais trop bien de toutes les maniĂšres
La nourriture !
Comment as-tu pu me faire ça, hein.

SixiĂšme jour
Je
 je n’ai pas envie de nourriture ?
Je n’ai pas envie de nourriture !

SeptiĂšme jour (dernier jour)
Durant tout ce temps, la nourriture me retenait seulement.

Vous pouvez lire ses autres BD sur son blog : Olwturd Comix.


Ci dessous un article lu sur RĂ©sistance Inventerre :

Le jeûne est-il vraiment bénéfique pour la santé ?

Perte de poids durable, protection contre le diabÚte, les maladies cardiaques et le cancer. Amélioration de la santé du cerveau, de la forme physique et de la force. Les avantages de pratiquer de courtes périodes de jeûne seraient nombreux pour la santé.

Qu’est-ce que le jeĂ»ne intermittent ? Il s’agit de manger normalement plusieurs jours par semaine, puis d’entrecouper rĂ©guliĂšrement ces pĂ©riodes par des journĂ©es oĂč l’on mange trĂšs peu, voire pas du tout.

En mangeant normalement pendant plusieurs jours par semaine et en mangeant beaucoup moins les autres, « une personne peut ĂȘtre capable de dĂ©placer les processus cellulaires et mĂ©taboliques de son corps de maniĂšre Ă  promouvoir une santĂ© optimale », affirme le Time.  […/…]

« Il existe des preuves scientifiques que le jeĂ»ne intermittent produit des effets bĂ©nĂ©fiques sur la perte de poids, et nous avons Ă©galement des preuves que ce rĂ©gime peut rĂ©duire l’inflammation, la tension artĂ©rielle et la frĂ©quence cardiaque au repos. Le jeĂ»ne semble Ă©galement avoir des effets bĂ©nĂ©fiques sur le systĂšme cardiovasculaire », explique Benjamin Horne, directeur de l’épidĂ©miologie cardiovasculaire et gĂ©nĂ©tique Ă  l’Intermountain Healthcare de l’Utah, qui a publiĂ© des recherches sur les effets du jeĂ»ne intermittent. […/…]

[…/…]

Michelle Harvie, chercheuse en diĂ©tĂ©tique Ă  l’unitĂ© de PrĂ©vention contre le Cancer du sein Ă  Manchester[…/…] a dĂ©couvert que le jeĂ»ne peut ĂȘtre plus efficace que les rĂ©gimes traditionnels pour rĂ©duire le risque de cancer du sein chez les femmes et qu’il peut, au moins chez les rongeurs, perturber ou contrer le dĂ©veloppement de maladies neurologiques comme la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson.

Michelle Harvie a surtout Ă©tudiĂ© des jeĂ»nes basĂ©s sur le systĂšme 5-2 : deux jours de jeĂ»ne par semaine et cinq jours de consommation normale. Mais selon la chercheuse, des rĂ©sultats prometteurs existent aussi pour le jeĂ»ne qui se pratique un jour sur deux, ou pour le jeĂ»ne quelques heures par jour qui limite la fenĂȘtre quotidienne de consommation Ă  6 ou 8 heures.

« Aucune de ces pratiques n’a Ă©tĂ© Ă©tudiĂ©e en profondeur, mais on sait dĂ©jĂ  qu’elles ont un impact positif sur la santé », explique Mark Mattson, chef du Laboratoire des neurosciences Ă  l’Institut National sur le Vieillissement et professeur de neurosciences Ă  la Johns Hopkins School of Medicine.

Mark Mattson a publiĂ© plusieurs Ă©tudes sur le jeĂ»ne intermittent. Selon lui, il existe des preuves que ces rĂ©gimes renforcent la rĂ©sistance au stress et combattent l’inflammation au niveau cellulaire. […/…]

Le jeĂ»ne a aussi du sens du point de vue de l’évolution. L’accĂšs permanent Ă  la nourriture est un phĂ©nomĂšne relativement nouveau dans l’histoire de l’humanitĂ©. À l’époque oĂč la subsistance Ă©tait plus difficile Ă  obtenir, « la sĂ©lection naturelle aurait favorisĂ© les individus dont le cerveau et le corps fonctionnaient bien tout en Ă©tant privĂ©s de nourriture », dit-il.

[…/…]

Selon Mark Mattson, il existe plusieurs mĂ©thodes pour s’essayer au jeĂ»ne, mais le plan 5-2 serait le plus bĂ©nĂ©fique. Deux jours par semaine, de suite ou sĂ©parĂ©s, vous ne consommerez que 500 calories sur la journĂ©e en privilĂ©giant les protĂ©ines et les matiĂšres grasses (oeufs, poissons, noix, etc.).

Par exemple, le menu d’une journĂ©e de jeĂ»ne pourrait ĂȘtre : deux oeufs brouillĂ©s pour le petit dĂ©jeuner (180 calories), une petite poignĂ©e d’amandes comme collation (200 calories), et un filet de morue de 100 grammes le soir (100 calories). Vous pouvez aussi rĂ©partir vos calories comme vous le souhaitez pendant la journĂ©e. « Mais mieux vaut ne pas avoir ou trĂšs peu de glucides », dit-il. Les cinq autres jours de la semaine, s’il vaut mieux continuer Ă  manger sainement, vous n’aurez pas Ă  compter le nombre de calories ni Ă  Ă©viter le sucre.

Vous pouvez vous lancer directement, mĂȘme si c’est peut-ĂȘtre plus facile de commencer par un jour par semaine pendant un mois ou deux. Les premiĂšres semaines, vous pourriez vous sentir affamĂ©, irritable et souffrir de maux de tĂȘte. « Mais Ă  la fin du premier mois, nous avons constatĂ© que presque tout le monde s’était adaptĂ© et que ces symptĂŽmes avaient disparus », affirme le chercheur.

Pour les plus tĂ©mĂ©raires, il semblerait que le jeĂ»ne total quelques jours par mois aurait des effets encore plus bĂ©nĂ©fiques, selon les chercheurs. Les recherches de Valter Longo, professeur de gĂ©rontologie et directeur du Longevity Institute de l’UniversitĂ© de Californie du Sud, ont montrĂ© qu’un jeĂ»ne de quatre ou cinq jours consĂ©cutifs par mois peut prolonger la vie et rĂ©duire les risques de maladie. […/…]

« Je suggĂšre aux personnes dĂ©sireuses de se lancer d’en parler d’abord avec leur mĂ©decin », conseille Horne. Il prĂ©vient Ă©galement que le jeĂ»ne intermittent n’est pas une solution miracle. « Aucun exercice physique et aucune forme de jeĂ»ne ne pourra compenser une mauvaise alimentation ou un mode de vie malsain », dit-il.

La recherche sur le jeĂ»ne est prometteuse, mais les rĂšgles basiques de bonne santĂ© s’appliquent donc toujours.

LIRE L’ARTICLE INTÉGRAL, DONT SONT TIRÉS CES EXTRAITS, SUR LE VIF

Publicités

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.