🐧 Bisounours 🐧

Vous dĂ©fendez les Droits de l’Homme ? Vous voulez construire une sociĂ©tĂ© plus juste et Ă©galitaire ? Vous partagez de la peine pour les minoritĂ©s opprimĂ©es ? Vous croyez que la bontĂ© humaine peut triompher de la haine dans ce monde ? Alors vous ĂȘtes probablement un Bisounours ! du moins, dans la bouche de ceux qui aimeraient vous convaincre que l’altruisme est mort et que la rĂ©alitĂ© se rĂ©sumerait Ă  la violence, au diktat des marchĂ©s et de l’économie. Chirurgie d’une tentative de tuer les idĂ©es solidaires par le verbe.

[
/
]  Vous n’avez probablement pas pu y Ă©chapper, Ă  cette « insulte » des temps modernes qui coupe court tout dĂ©bat de fond, rĂ©duisant toutes rĂ©flexions sur la nature humaine Ă  une image enfantine synonyme de faiblesse. Point Godwin des rĂ©actionnaires (qui est un courant de pensĂ©e politique et non une insulte), le mot « bisounours » n’a aucune signification concrĂšte. Projection mentale sans fondement, le mot est censĂ© rĂ©duire la pensĂ©e d’une personne Ă  cet Ă©tat de nounours rose, au petit cƓur dessinĂ© sur le ventre, trop gentil pour regarder la « rĂ©alitĂ©-vraie » au-delĂ  du « politiquement correct » : une rĂ©alitĂ© oĂč le plus fort gagne toujours, oĂč la violence rĂ©sout les problĂšmes, oĂč la supĂ©rioritĂ© des uns sur les autres est la normalitĂ©.

[
/
][Ce mot] est gĂ©nĂ©ralement utilisĂ© en rĂ©fĂ©rence Ă  un monde perçu comme dangereux, malsain, terne, enrobĂ© d’un discours sĂ©curitaire afin de mettre en Ă©chec les alternatives solidaires oĂč la raison et la tolĂ©rance ont une place de choix. Car la rĂ©alitĂ©, dans l’esprit de quiconque, est avant tout une perception du rĂ©el.

[
/
] En termes vulgaires, c’est à l’image de la brute expliquant à l’intellectuel que son humanisme ne vaut pas une bonne tarte dans la tronche.

Et c’est ici qu’on comprend aisĂ©ment oĂč veulent en venir nombre de ceux qui utilisent ce mot pour bloquer un dĂ©bat. Si on postule que le monde est fondamentalement dangereux et que la bontĂ© est un dĂ©faut, on s’autorise doucement Ă  considĂ©rer positivement une sociĂ©tĂ© de type Orwellienne, sĂ©curitaire, liberticide ou l’emploi de la force, de la dĂ©nonciation, de la rĂ©pression, de la surveillance, de la rectitude et de la loi du plus fort seraient des compromis acceptables. Ce climat de coercitif, opposĂ© par dĂ©finition Ă  l’altruisme sur lequel se reposent les projets collectifs rĂ©silients, gagnerait du terrain en Europe avec la mĂ©diatisation accrue des questions d’immigration, des faits divers sordides et de l’accumulation des crises Ă©conomiques et sociales.[
/
]

Ainsi, on observe un parallĂšle troublant entre la montĂ©e des grandes peurs dans l’opinion et la stigmatisation de ceux qui Ă©laborent des alternatives progressistes, humanistes et positives. Ce qui est paradoxal, c’est que l’horreur de la mondialisation capitaliste, le risque de l’effondrement Ă©cologique, les inĂ©galitĂ©s sociales, sont prĂ©cisĂ©ment ces faits qui animent ces acteurs du changement. Et si un simple rĂ©alisme animait ces fameux « bisounours » ? [
/
]

LIRE L’ARTICLE INTÉGRAL, DONT SONT TIRÉS CES EXTRAITS, SUR Mr MONDIALISATION

Mes dessins sont sous licence Creative Commons CC-BY-NC-ND (Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification) et peuvent ĂȘtre utilisĂ©s dans ces seules conditions en indiquant le lien http://frederic.baylot.org/ (pour tout contact et demande : ICI); N’HÉSITEZ PAS À LES PARTAGER
Publicités

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.