đŸŒ± Manger en conscience đŸŒ±

Pour cultiver la pleine conscience, nous pouvons vaquer Ă  nos occupations habituelles – marcher, nous asseoir, travailler, manger, etc. – mais en Ă©tant pleinement prĂ©sents Ă  ce que nous faisons.

Quand nous mangeons, nous savons que nous mangeons. Quand nous ouvrons une porte, nous savons que nous ouvrons une porte.

Notre esprit est avec nos actes.

Quand vous mettez un morceau de fruit dans votre bouche, tout ce dont vous avez besoin est d’un petit peu de pleine conscience pour vous rappeler : « je mets un morceau de pomme dans ma bouche. » Votre esprit n’a aucune raison d’ĂȘtre ailleurs.

Si vous pensez à votre travail pendant que vous mñchez, vous ne mangez pas en pleine conscience. Quand vous portez votre attention à la pomme, c’est la pleine conscience. Vous pouvez ensuite regarder plus en profondeur et, en trùs peu de temps, nous verrez la graine de pomme, le beau verger, le ciel, le paysan, Le meilleur, etc. Il y a beaucoup de travail dans cette pomme 1

Manger en conscience c’est aussi prendre conscience de quel type d’alimentation on souhaite manger, si elle est plus ou moins vivantes (voir ici).

 

Les gens qui discutent d’alimentation crue parlent habituellement d’enzymes. Les enzymes sont l’énergie. Les enzymes sont la vie. Nous ne pouvons pas voir les enzymes Ă  l’oeil nu, mais nous pouvons voir la vie et l’énergie qui rĂ©sulte de l’action des enzymes. Par exemple, si je prends deux amandes, une crue et l’autre rĂŽtie, et que je les plante dans la terre, aprĂšs trois semaines l’amande rĂŽtie sera dĂ©sintĂ©grĂ©e dans la terre. L’amande crue, elle, va demeurer là oĂč je l’ai plantĂ©e. Au printemps, la neige des montagnes va fondre et l’eau va se dĂ©verser sur la terre, les inhibiteurs de l’amande cesseront d’ĂȘtre actifs, ce qui permettra de donner naissance Ă  un bel amandier, qui lui-mĂȘme donnera naissance à des centaines de belles amandes. Comme cet exemple le dĂ©montre, la diffĂ©rence entre une amande rĂŽtie et une amande crue est ce qui distingue la vie et la mort. L’une a des enzymes et l’autre n’en a pas. L’une transporte en son sein le potentiel de la vie, l’autre a vu sa vie dĂ©truite par la cuisson. Si j’apportais deux amandes, une crue et une rĂŽtie, Ă  un scientifique pour lui demander des les analyser, il ne verrait aucune diffĂ©rence nutritionnelle entre les deux. Les deux prĂ©sentent le mĂȘme taux de calcium, de potassium, de sodium, de magnĂ©sium, de zinc et de cuivre, comme si elles Ă©taient absolument identiques sur le plan nutritif. Cependant, comme l’exemple le dĂ©montre, l’une transporte la vie avec ses enzymes, tandis que l’autre ne peut le faire.2

Mafalda, Quino, Glénat, 1999


1     Thich Nhat Hanh, Vivre en pleine conscience, manger. Belfond, 2016, 126 pages

2     Victoria Boutenko, Les 12 étapes vers une alimentation crue, Jalinis, 2002

 

Publicités

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.