✊ Faut-il changer les paroles de la Marseillaise ? ✊

[Couplet 1]

Allons ! Enfants de la Patrie !

Le jour de gloire est arrivé !

Contre nous de la tyrannie,

L’étendard sanglant est levé ! (Bis)

Entendez-vous dans les campagnes

Mugir ces féroces soldats ?

Ils viennent jusque dans nos bras

Égorger vos fils, vos compagnes.

[Refrain]

Aux armes citoyens !

Formez vos bataillons !

Marchons, marchons !

Qu’un sang impur…

Abreuve nos sillons !

[Couplet 2]

Que veut cette horde d’esclaves,

De traîtres, de rois conjurés ?

Pour qui ces ignobles entraves,

Ces fers dès longtemps préparés ? (Bis)

Français ! Pour nous, ah ! Quel outrage !

Quels transports il doit exciter ;

C’est nous qu’on ose méditer

De rendre à l’antique esclavage !

[Couplet 3]

Quoi ! Des cohortes étrangères

Feraient la loi dans nos foyers !

Quoi ! Des phalanges mercenaires

Terrasseraient nos fils guerriers ! (Bis)

Dieu ! Nos mains seraient enchaînées !

Nos fronts sous le joug se ploieraient !

De vils despotes deviendraient

Les maîtres de nos destinées !

[Couplet 4]

Tremblez, tyrans et vous, perfides,

L’opprobre de tous les partis !

Tremblez ! Vos projets parricides

Vont enfin recevoir leur prix. (Bis)

Tout est soldat pour vous combattre.

S’ils tombent, nos jeunes héros,

La terre en produira de nouveaux

Contre vous tout prêts à se battre.

[Couplet 5]

Français, en guerriers magnanimes

Portons ou retenons nos coups !

Épargnons ces tristes victimes,

À regret s’armant contre nous ! (Bis)

Mais ce despote sanguinaire !

Mais ces complices de Bouillé !

Tous ces tigres qui, sans pitié,

Déchirent le sein de leur mère !

[Couplet 6]

Amour sacré de la Patrie

Conduis, soutiens nos bras vengeurs !

Liberté, liberté chérie,

Combats avec tes défenseurs ! (Bis)

Sous nos drapeaux, que la Victoire

Accoure à tes mâles accents !

Que tes ennemis expirants

Voient ton triomphe et notre gloire !

Claude-Joseph Rouget de Lisle (1760-1836),

officier français, poète et auteur de La Marseillaise.1

Cet hymne national a tout un passé historique, il a accompagné des moments forts de la construction, de la révolution, de la libération de la France, il est donc chargé d’une charge émotionnelle forte. Mais n’est-ce pas le but de tout hymne national de créer un mythe qui permette de rassembler tout un peuple?

Et même s’il véhicule des idées de vengeance et de haine, il ne peut donc être question de le changer d’un simple coup de baguette magique. Quand on voit la capacité du peuple français à parfois s’opposer sur certaines idées (l’abolition de la peine de mort, le mariage pour tous etc) cela demanderait un «grand œuvre» d’information, pour une réflexion avec une grande liberté de parole et de respect pour arriver à aborder le sujet, mais après tout c’est justement comme cela que se fonde une histoire, un passé, un mythe fondateur.

En attendant nous pouvons effleurer le sujet et regarder ce qui a déjà été proposé comme chant humaniste de substitution et qui soit capable de consolider l’union et la solidarité du peuple de France.

Une pétition, des pages sur les réseaux sociaux, des articles dans la presse, le désir de nombreux citoyens de modifier les paroles de la Marseillaise ne date pas d’hier. Pourtant [… après les attentats contre Charlie, a été …] ravivé le sentiment de beaucoup qu’il ne faut pas répondre à la violence par des paroles porteuses elles-mêmes de division alors que le but d’un hymne est justement d’unir.

Pour répondre à la violence des attentats de janvier, les députés se sont spontanément levés et ont entonné la Marseillaise.2

Unir autour du sentiment patriotique tous ceux qui se reconnaissent dans les valeurs communes d’un Etat, voilà bien le rôle d’un hymne national. Pourtant de nombreux citoyens ont trouvé à l’occasion des assassinats commis à Paris, qu’appeler entre autres à verser « un sang impur » ne convenait plus.

[…]

La Marseillaise, écrite en 1792 par Claude Joseph Rouget de Lisle ne s’est pas toujours appelée ainsi. Parmi ses appellations successives figure « Chant de guerre pour l’armée du Rhin » un titre plus explicitement lié à la période et aux événements qui l’ont inspiré. A la fin des six couplets dont on est sûr qu’ils furent écrits par Rouget de Lisle, les trois derniers vers avant l’ultime refrain sont clairs sur l’idée que se faisait l’auteur de l’horreur des armes : « Nos vils ennemis tomberont :Alors les Français cesseront De chanter ce refrain terrible : Aux armes citoyens… ».

[…]

Un version nouvelle pleine d’espoir, pacifique et réconciliatrice de l’hymne français est défendable et correspond sans doute davantage à l’esprit de la concorde européenne. Mais le chant tel qu’il est chanté aujourd’hui dans les cérémonies militaires, lors des matchs internationaux, des réunions politiques et des événements mettant en cause l’unité nationale fait partie intégrante de la constitution dans son article 23. Reste également que, malgré ses accents guerriers et sa totale absence de place pour une paix diplomatique, La Marseillaise a été chantée dans ces circonstances qui lui ont octroyé un caractère sacré difficilement contestable, sur les champs de bataille bien sûr, mais aussi dans les camps de concentration nazis.4

Plusieurs voix, dont pas des moindres (Monod, l’abbé Pierre etc) se sont élevées pour demander au moins l’amendement des paroles. Mais voici ce que Lambert Wilson déclarait au micro de RTL :

« Elles sont épouvantables les paroles de la Marseillaise, elles sont sanguinaires, elles sont d’un autre temps, elles sont racistes, elles sont xénophobes ».

En réclamant le changement des paroles de cette chanson, l’acteur rejoint ainsi d’autres personnalités telles que Théodore Monod qui taxait également la Marseillaise de violente, raciste et xénophobe.

[…]

Et si on remplaçait la Marseillaise par une chanson non politique avec des paroles non violentes ?

Un chant qui serait symbolique des drames de notre temps que l’on ne perçoit que trop confusément, tout en signifiant le coté éphémère d’une vie d’Homo sapiens et les désastres qu’elle peut engendrer …

Un hymne qui soit le meilleur lien national entre les tragédies de l’histoire et qui dénonce celles à venir (qui risquent d’être bien pires encore) sans y omettre toutefois une note d’espoir…

Avec un dérèglement climatique qui s’amuse à perturber tous nos repères, nous sommes acteurs et victimes d’une catastrophe à venir.

[…]

Théodore Monod […] réclamait la suppression du 14 juillet pour transférer cette date de célébration […] au 4 août (jour de l’abolition des privilèges)

[…]

De facto, la fête nationale du 14 juillet est devenue une fête à la gloire de l’armée et le symbole d’une France guerrière au service de l’oligarchie financière et pétrolière mondiale.

[…]

À noter que, contrairement à l’imagerie populaire, le 14 juillet ne célèbre pas la prise de la Bastille, bien que cette date prête à ambiguïté…

Soucieux de redorer le blason de l’armée après sa défaite à Sedan, le député Benjamin Raspail dépose, le 21 mai 1880, la loi faisant du 14 juillet la fête nationale annuelle, en commémoration du 14 juillet 1790, (fête de la Fédération). Le 14 juillet 1789 (prise de la Bastille) ayant été une journée jugée sanglante, c’est la Fête de la fédération qui emporta les suffrages.5

On désigne sous le nom de Fête de la Fédération la fête qui fut célébrée sur le Champ-de-Mars de Paris, le 14 juillet 1790, premier anniversaire de la prise de la Bastille.

Dans un climat d’union nationale, on y vit une grande foule réunie autour du roi et des députés des 83 départements. Louis XVI assista à cette fête, et y prêta serment à la Nation et à la loi. Cet événement est fêté, tous les 14 juillet depuis 1880, en tant que Fête nationale française.6

Comme je le disais, changer l’hymne national ne se fait pas d’une manière simple, car cela implique une modification de l’article 2 la Constitution.

Vu l’état d’esprit de la classe politique, mais aussi d’une majorité de nos concitoyens, la proposition de Lambert Wilson ou [d’autres] risquent fort de n’être considérée que comme une provocation de plus, et sans lendemain.7

Concernant le côté « raciste » de la Marseillaise avec les vers « qu’un sang impur abreuve nos sillons » voici ce qu’en disent certains :

Avant la Révolution, la société est divisée selon l’origine familiale. Vous êtes nobles, car vous avez du sang noble, votre supériorité vis-à-vis du reste du peuple ne vient que de là. Un noble est supérieur à un paysan par son sang. Quand les soldats français s’époumonaient « qu’un sang impur abreuve nos sillons », ils ne parlaient pas des étrangers.

Le sang impur ce n’était que le leur, les sillons n’étaient par ailleurs que des sillons, n’oublions pas que la France d’alors est agricole. Il s’agit d’une phrase symbolisant le sacrifice, les républicains d’alors étaient fiers de verser leur sale sang sur le champ d’honneur.8

Voici d’autres versions plus humanistes qui sont proposées :

La Marseillaise de la Paix, écrite en 1892 par les élèves de l’école primaire de Cempuis, dont voici les paroles :

[Refrain]

Plus d’armes, citoyens !

Rompez vos bataillons !

Chantez, chantons,

Et que la paix

Féconde nos sillons !

De l’universelle patrie

Puisse venir le jour rêvé

De la paix, de la paix chérie

Le rameau sauveur est levé (Bis)

On entendra vers les frontières

Les peuples se tendant les bras

Crier : il n’est plus de soldats !

Soyons unis, nous sommes frères.

Quoi ! D’éternelles représailles

Tiendraient en suspens notre sort !

Le pillage, le feu, et la mort (Bis)

C’est trop de siècles de souffrances

De haine et de sang répandu !

Humains, quand nous l’aurons voulu

Sonnera notre délivrance !

Plus de fusils, plus de cartouches,

Engins maudits et destructeurs !

Plus de cris, plus de chants farouches

Outrageants et provocateurs (Bis)

Pour les penseurs, quelle victoire !

De montrer à l’humanité,

De la guerre l’atrocité

Sous l’éclat d’une fausse gloire.

Debout, pacifiques cohortes !

Hommes des champs et des cités !

Avec transport ouvrez vos portes

Aux trésors, fruits des libertés (Bis)

Que le fer déchire la terre

Et pour ce combat tout d’amour,

En nobles outils de labour

Reforgeons les armes de guerre.

En traits de feu par vous lancée

Artistes, poètes, savants

Répandez partout la pensée,

L’avenir vous voit triomphants (Bis)

Allez, brisez le vieux servage,

Inspirez-nous l’effort vainqueur

Pour la conquête du bonheur :

Ce sont les lauriers de notre âge.9

Plus près de nous, chantée par les enfants de la région d’Evry ( Essonne ) :
Plus de révolution de guerres

Nous sommes des peuples amis

La liberté qui nous est chère

Maintenant nous a réunis

Maintenant nous a tous réunis

Pour le Tiers-Monde et sa misère

Faisons la ronde des amis

Contre la faim et pour la vie

Pour qu’on soit heureux

Sur notre terre

Plus d’armes, citoyens !

Et plus de bataillons !

Chantons, chantons

Et qu’un sang pur

Inonde les nations !10

Il y a cette version pacifiste et écologique :

« La Marseillaise » réécrite par Pierre Weil (récompensé par l’UNESCO, fondateur de la Cité de la paix11)

Allons enfants de la planète

L’ère de paix est arrivée

Saturée de tant de conquêtes

Cultivons l’amour, la beauté (bis)

Ouvrons-nous tous à la lumière

Nos cœurs et nos mains enlacés

Semons des fleurs sur les frontières

Et qu’en nous explose la joie d’aimer

Refrain : Vivons la liberté

Dans la fraternité

Chantons, dansons

D’un seul élan

Vibrons à l’unisson

Que nos forêts et nos campagnes

Préservent la vie de nos bébés

Respirons l’air pur des montagnes

De notre terre fertile et sacrée (bis)

Inspirons-nous de la sagesse

Et qu’elle accompagne nos pas

Nos cœurs s’emplissent de tendresse

Et que des guerres, l’esprit sonne le glas

Refrain : Vivons la liberté

Dans la fraternité

Chantons, dansons

D’un seul élan

Vibrons à l’unisson12

La version de la Marseillaise De Graeme Allwright et Sylvie Dien est assez connue

Pour tous les enfants de la terre

Chantons amour et liberté.

Contre toutes les haines et les guerres

L’étendard d’espoir est levé

L’étendard de justice et de paix.

Rassemblons nos forces, notre courage

Pour vaincre la misère et la peur

Que règnent au fond de nos cœurs

L’amitié la joie et le partage.

La flamme qui nous éclaire,

Traverse les frontières

Partons, partons, amis, solidaires

Marchons vers la lumière.

Graeme Allwright, Sylvie Dien13

Une association (Association La nouvelle Marseillaise) milite aussi pour le changement des paroles14

Une autre Marseillaise du « CIEL » sur la « TERRE » ! Paroles d’Aymé Hardant :

Allons ! Enfants de la vraie Vie !

Le Jour de Gloire est arrivé !

Entre nous plus de tyrannie,

L’Etendard de Paix est levé (bis)

Entendez-vous dans nos campagnes

Monter l’espérance et la joie ?

Elles viennent cimenter la Loi

Dissolvant la haine et la hargne !

R.

Aux âmes citoyens !

Soyons des compagnons !

Aimons, aimons !

Qu’un même sang pur

Nourrisse notre union

Allons ! Enfants de la vraie Vie !

Le Corps de Gloire est rayonnant !

Derrière nous l’ombre est bannie !

Le malheur n’est plus triomphant ! (bis)

Nous assumons tous la Matière

Par l’Esprit, elle est transcendée ;

Les ténèbres enfin s’éclairent

La Paix abolit les frontières !

R.

Aux âmes, citoyens !

Allons par les chemins !

Aimons, aimons !

Que la Nature

Bénisse notre union !

Allons ! Enfants de la vraie Vie !

Témoignant de l’Amour vivant,

Soleil et Lune sont réunis !

Le bonheur est celui de Pan ! (bis)

Réjouissez-vous ! Même Lucifer,

A l’ Esprit, s’est reconverti !

Et sa Lumière nous éblouit

Eteignant les feux de l’enfer !

R.

Aux Noces ! Accourez !

Vivons la Liberté !

Chantons, dansons !

Le sang des Purs

A scellé notre union !15

Une autre femme (Meena) a dédié sa version de la Marseillaise de la paix à Malo, jeune garçon de 10 ans, supporter de l’OM , qui a réalisé en allant soutenir son équipe et en entonnant avec force la Marseillaise, ce que signifiaient ces paroles de guerre. Il a décidé de changer les paroles et lui a envoyé une première ligne. Touchée, elle a continué et voici ce que ça donne : 16

Des mouvements fraternels comme la Rose+Croix propose à la réflexion leur propre version :

Couplet

Chantons ensemble en toute fraternité,

Unissons nos cœurs dans la paix.

Que l’amour rayonne sur Terre

Et inspire toute l’humanité. (bis)

Prenons grand soin de la nature

Et chérissons-la à jamais.

Que tous les enfants du futur

En soient les heureux héritiers.

Refrain

Citoyens, citoyennes,

Chantons à l’unisson !

Chantons, chantons !

Pour le bonheur

De toutes les nations !17

Dans un style différent Yannick Noah reprend la phrase de l’Hymne national français « La Marseillaise » : « Aux armes citoyens » en la changeant en « Aux arbres citoyens ».

Cette chanson dénonce les déforestations causées par les usines et chefs d’entreprises pour construire de nouveaux terrains à vendre, et donc par pur profit, tout ça sans respecter la nature. Or, la nature permet à l’Homme de vivre, donc petit à petit l’Homme est en train de se tuer lui-même, et ce sera lui seul le responsable de sa propre perte.18

«Aux Arbres Citoyens»

Le ciment dans les plaines

Coule jusqu’aux montagnes

Poison dans les fontaines,

Dans nos campagnes

De cyclones en rafales

Notre histoire prend l’eau

Reste notre idéal

« Faire les beaux »

S’acheter de l’air en barre

Remplir la balance :

Quelques pétrodollars

Contre l’existence

De l’équateur aux pôles,

Ce poids sur nos épaules

De squatteurs éphémères…

Maintenant c’est plus drôle

Puisqu’il faut changer les choses

Aux arbres citoyens !

Il est grand temps qu’on propose

Un monde pour demain !

Aux arbres citoyens

Quelques baffes à prendre

La veille est pour demain

Des baffes à rendre

Faire tenir debout

Une armée de roseaux

Plus personne à genoux

Fait passer le mot

C’est vrai la terre est ronde

Mais qui viendra nous dire

Qu’elle l’est pour tout le monde…

Et les autres à venir…

Puisqu’il faut changer les choses

Aux arbres citoyens !

Il est grand temps qu’on propose

Un monde pour demain !

Puisqu’il faut changer les choses

Aux arbres citoyens !

Il est grand temps qu’on s’oppose

Un monde pour demain !

Plus le temps de savoir à qui la faute

De compter la chance ou les autres

Maintenant on se bat

Avec toi moi j’y crois

Puisqu’il faut changer les choses

Aux arbres citoyens !

Il est grand temps qu’on propose

Un monde pour demain !

À chacun maintenant de se faire son idée, d’échanger, de partager et d’agir, tout en étant capable de le faire d’une manière non-violente, en conséquence, pour conserver ces paroles, les modifier ou changer d’hymne …


1   http://alternatives-non-violentes.org/Revue/Numeros/178_Changeons_les_paroles_de_La_Marseillaise/La_Marseillaise_version_officielle

2   https://culturebox.francetvinfo.fr/arts/evenements/ces-francais-qui-veulent-reecrire-la-marseillaise-apres-charlie-211879

4   culturebox op cit

5   http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1202381-taubira-la-marseillaise-et-nous-il-faut-un-nouvel-hymne-et-changer-la-date-du-14-juillet.html

6   https://fr.wikipedia.org/wiki/Fête_de_la_Fédération

7 leplus.nouvelobs.com op cit

8   http://www.lemonde.fr/idees/chronique/2012/03/11/qu-un-sang-impur-abreuve-nos-sillons_1656090_3232.html

9   alternatives-non-violentes.org op cit

11 http://www.unipazfrance.org/unipaz/Pierre_Weil.html

12 http://marseillaise.over-blog.com/article-25085905.html

13 http://mga.asso.fr

Publicités

2 commentaires

    1. Merci Sylvain pour cet article et ces essais.
      Je ne sais pas non plus si c’est « bien », mais j’ai bcp de mal avec le côté « guerrier » de ce chant justement. Mais on ne peut imposer un chant de l’extérieur, pour qu’il devienne mythique il faut qu’il apparaisse dans un moment collectif fort ou soit concerté, mais toujours avec un mouvement populaire.
      Actuellement les mouvements mis en avant sont bcp de l’ordre de la peur, du rejet de l’autre, donc les paroles conviennent parfaitement. Je ne crois, comme tu l’écris, ni qu’il faille en faire un plagiat mais pas non plus un nouveau chant guerrier, mais au contraire mettre en avant de nouvelles (?) valeurs de construction.
      Je n’ai pour ma part pas la prétention/ compétence pour réécrire cela

      Union sacrée, oui, mais pour défendre quoi ? Ce qui est le plus souvent défendu (et 14/18 est un bon exemple) c’est plutôt le profit de quelques uns (qui ne meurent guère dans les tranchées) que l’intérêt collectif. Ces féroces soldats qui mugissent parfois on fait alliance avec eux, comme ce fut le cas par le « vainqueur » de la Grande Guerre en 1940, mais aussi en 1871 avec l’alliance entre Thiers et les Allemands pour assassiner la Commune de Paris. Donc je suis très prudent, voir même méfiant sur les alliances sacrées, qui sont souvent sacrément trompeuses 😉

      Merci à toi pour tout ce travail, ce passage ici et ton mot

      chaleureusement

      Frédéric

      J'aime

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.