II La Papesse

La Papesse tient, posé sur ses genoux, un gros livre. Elle ne le lit pas, elle semble méditer sur les connaissances acquises de sa précédente lecture. Elle symbolise la réflexion. Elle me fait penser à l’histoire des deux bûcherons qui s’affrontent dans un concours où le but est de couper le plus d’arbres possible en un certain temps donné. Le premier concurrent est jeune et fort, le second plus âgé. Au début de l’épreuve cela démarre très fort pour le plus jeune qui est sûr de gagner. Très régulièrement le plus vieux des deux fait des pauses derrière un arbre. La journée avançant il rattrape son retard sans avoir l’air de se fatiguer autant que le plus jeune. Il finit par gagner. Le perdant ne comprend pas comment il a pu gagner avec toutes ces pauses qu’il a faites alors que lui n’a pas arrêté. Le vieux lui explique qu’il en profitait pour aiguiser sa hache alors que celle du plus jeune s’émoussait au fur et à mesure de la journée. Le gagnant lui demanda alors : « Pourquoi n’as tu pas aiguisé ta hache?» Et le jeune de lui répondre: «Je n’avais pas le temps, j’avais un concours à gagner!»

« Le temps de la réflexion est une économie de temps » Publius Syrus

Comme nous le verrons, la Papesse est le symbole de notre quête intérieure. Bien souvent il faut passer par un long parcours de maturation pour se transformer. Il faut savoir prendre son temps face aux freins que nous y opposons inconsciemment.

« Les réactions excessives, le déni et les secrets autodestructeurs entretenus par la peur constituent des barrières à votre élan inné vers l’accomplissement et l’équilibre. Lorsque vous franchissez ces barrières, vous apercevez ce qui se trouve de l’autre côté de la peur : des trésors que vous vous cachez à vous-même. » (Dan Neuharth)

La Papesse est vêtue d’une robe rouge à peine entrevue derrière une grande cape bleue. L’activité est encore «sous le boisseau». Elle a certes le livre de la connaissance ouvert au grand jour, mais elle ne le lit pas, elle l’a intégré, elle est la maîtresse de l’hermétisme. Il y a un voile derrière elle qui cache ce qui s’y trouve, mais ce voile est bien modeste. Dans les romans policiers, l’auteur pour cacher les indices, souvent les met au premier plan. Mais ce qui est trop visible devient invisible quand on cherche ce qui devrait être caché.

« L’esprit est le secret le mieux gardé qui soit car ce qui le cache est ce qui le cherche… » Lama Denys Teundroup

La Papesse semble agir mentalement avec son livre. Mais en tant que prêtresse de l’occultisme (ce qui est caché) elle révèle plus la croissance intérieure et tout ce qui touche à l’esprit. C’est Sophia, la sagesse.

« Le mental ne peut pas être calme, il a sans cesse besoin de pensées, de préoccupations. L’idée du calme et du silence n’excite personne. Ce n’est pas votre problème personnel, c’est le problème du mental humain qui est ainsi, car pour être calme, pour être silencieux, cela signifie être dans un état de non-mental. » (Dharma)

Comment arriver à cet état de non-mental qui permet de dépasser l’emportement cérébral?En tant que principe féminin porteur d’équilibre et d’enfantement, la Papesse nous ramène au corps. Posons nous en méditation, sans rien écouter (pas de méditation dirigée), sans rien chercher à obtenir (méditation non-duelle), simplement en revenant au corps, comme zazen nous l’enseigne. Juste s’asseoir.

« L’esprit cache, se voile des choses ; mais le corps sait, peut-être. » (Henry Bauchau)

Sur la lame du tarot de Marseille on peut voir que la tiare de la Papesse dépasse du cadre. Elle sort du cadre matériel de la carte pour communiquer d’une manière intuitive avec le plan spirituel. Cette tiare papale représente d’ailleurs le pouvoir sur le monde matériel, intellectuel et spirituel.

« Quand le mental est silencieux, alors ce qui est illimité arrive dans l’être. » (J. Krishnamurti)

En plus de la tenture qui est accrochée derrière elle, la Papesse porte le voile des religieuses, qui se séparent du monde, empruntant un chemin spirituel. Mais si le spirituel est ce qui est de l’ordre de l’esprit, c’est aussi ce qui est de l’ordre de l’humour !

« L’essentiel du secret de la vie tient dans le fait de savoir rire et de savoir respirer. » (Alan Watts)

Publicités

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s