Le simple fait de s’asseoir en méditation est l’Éveil

Simplement s’asseoir, nous dit Dôgen. Laisser notre corps, notre parole et notre esprit au repos, à l’aise, naturellement, sans rien rajouter.

La posture corporelle est importante. Dôgen nous dit que le simple fait de s’asseoir en méditation est l’Éveil !

Comme on le sait par l’acupuncture, notre corps est parcouru par un réseau de méridiens subtils dans lesquels circulent une énergie invisible que l’on peut activer ou diminuer par les aiguilles, la pression mais aussi la pensée, la nourriture, les émotions. En effet l’agitation du corps, de la parole ou du mental engendre l’agitation de l’énergie dans ces canaux. Cette excitation, à son tour, favorise les turbulences mentales.

Garder le silence favorise la méditation, la sérénité, la pacification mentale. Préserver le calme de la parole et du corps prédispose donc au calme intérieur en évitant la création d’un flux de pensées trop abondant.

Méditer, ce n’est pas ressasser le passé, ni se projeter dans un avenir hypothétique et pas plus de s’installer dans un état vague et confus proche de la torpeur sans lucidité. En cas de fatigue réelle, de manque de sommeil, il vaut mieux aller se reposer, que de pratiquée une méditation qui nous engourdirait.  En méditation, l’esprit est établi dans un présent lucide, clair et calme.

De là découle une pacification mentale. De très nombreuses méthodes sont utilisées pour développer cette pacification, comme le fait de poser avec légèreté son attention sur le va-et-vient de la respiration.

Il est par ailleurs important d’aborder une session de méditation avec l’esprit très spacieux, très ouvert, sans être fixé sur un objectif particulier, sans attente spécifique à atteindre qui créera des espoirs de réussite ou des craintes d’échec qui vont créer encore plus de troubles en nous.
L’esprit doit être vaste. Sans attente. On se pose en méditation. On prend soin de sa posture, et tout est déjà là, on ne s’accroche à rien, on s’ouvre au lâcher-prise qui apparaît. Même une «bonne méditation» peut être un piège, un renforcement de l’ego, un risque de comparaison avec d’autres méditants, avec d’autres sessions personnelles de méditation, une attente trop importante pour les suivantes.

Méditer, c’est s’asseoir, se poser, se pauser, et s’ouvrir à l’espace. L’esprit reste confus ou pas. Nous sommes simplement présent à ce qui est, libre.

Au cours d’un long voyage, nous parcourons tantôt de bons chemins, tantôt, de mauvais. Si les charmes d’une portion agréable nous incitaient à nous arrêter pour en jouir continuellement, ou bien si les difficultés du mauvais chemin nous faisaient renoncer à aller de l’avant, jamais nous n’avancerions. Il faut parfois passer par des successions de moments difficiles pour en découvrir d’autres favorables, il faut gravir la pente de la montagne pour accéder à la vue du sommet.

Patience, discipline et persévérance doivent nous accompagner dans notre pratique de la méditation.

(Inspiré d’un texte de Bokar Rimpoché)


Rejoignez Charley sur Facebook !


D’AUTRES DESSINS DE CHARLEY SUR CHARLEY.BAYLOT.ORG

Publicités

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s