Quand Thiers s’appuyait sur Bismarck pour assassiner la Commune de Paris

EXTRAITS D’UN ARTICLE DE CLAUDE C. SUR PARISTIMES


(Nous arrivons à la fin de la Commune de Paris, celle-ci veut éviter la guerre civile)

[…]

Plusieurs tentatives de conciliation ont eu lieu, les 18 mars et 20 mai, dans l’intention d’éviter la guerre civile. Le 7 avril 1871, 5 délégués (RAULT, LEVALLOIS, MARESTAING, LHUILLIER, Jules AMIGUES, furent éconduits sèchement par THERS qui leur dit : « que l’insurrection désarme d’abord ! ».

L’Union Républicaine des Droits de Paris tenta sa chance le 11 avril, cette coalition était composée, presque exclusivement de Francs-maçons et/ou de députés démissionnaires : Charles FLOQUET, Georges CLEMENCEAU, Edouard LOCKROY, Victor SCHOELCHER. 3 délégués se rendirent chez THIERS : BONVALLET, DESSONAZ et Armand ADAM, 2ème réponse « que l’insurrection désarme ! ceux qui auront déposé les armes auront la vie sauve ! nous ne puniront de mort que les assassins de THOMAS et LECOMTE »

La plus importante tentative de conciliation fut celle des francs-maçons. Le 11 avril, les délégués des loges reçus par THIERS se virent opposer comme réponse : « adressez-vous à la Commune ! ce qu’il faut c’est la soumission des insurgés » Le 21 avril, re-belotte, les loges envoient à Versailles de nouveaux délégués. De retour ils organisèrent au Châtelet, une réunion à laquelle participèrent 1.000 francs-maçons. Le 26 avril, une nouvelle délégation à l’Hôtel de Ville et 2.000 francs-maçons se rendirent en cortège, rue Cadet.

Suite à l’offense proférée par THIERS aux 2 Orients, le 29 avril, 10.000 francs-maçons plantent leurs drapeaux sur les remparts de Paris. Cette manifestation fut dispersée par une canonnade à partir le Mont Valérien. Beaucoup de frères moururent sous leur bannière. LEFRANCOIS, franc-maçon, déclara que « la foule a compris la haute portée morale de l’acte qui s’accomplissait ». A la barricade du pont de Courbevoie, le général versaillais et franc-maçon, MONTAUDON, laisse passer 3 délégués pour Versailles pour une ultime conciliation, mais ils n’ont rien obtenu.

L’intransigeance de THIERS démontrait sa volonté d’assassiner la Commune de Paris.

[…]

Jules FAVRE se rend […] à Ferrière pour s’entendre avec BISMARCK, il s’agit de préparer, avec l’aide des allemands, la répression contre Paris. THIERS exacerbe volontairement la colère des parisiens pour noyer ensuite dans le sang la dissidence.

Les mesures de harcèlement prises par THIERS vont pousser une partie de la petite bourgeoisie à rejoindre les communards.

[…]

Le 26 mars, des élections au Conseil de la Commune sont organisées.[…]

THIERS avec l’aide de Bismarck, a eu le temps de préparer une armée de 130.000 hommes isolés à Satory. Toute tentative d’approche était punie de mort.
Le 22 mai 1871, les troupes du Général DOUAI, sous les ordres de MAC-MAHON, entreront dans Paris par la porte de Saint-Cloud, informées par les agents de THIERS, infiltrés dans Paris, de l’absence de « communeux » à cet endroit.

[…]

Jules Ferry, maire de Paris, favorable à la répression écrira :

« une barricade se dresse, nos soldats la tiennent, tandis qu’en face au pont Louis Philippe, le hideux drapeau rouge déploie son haillon sanglant sur une barricade qui tire encore sur nous…Je les aie vues les représailles du soldat vengeur, je me suis incliné, comme si j’apercevais l’épée de l’Archange ».

130.000 versaillais contre 20.000 gardes nationaux, le combat est inégal.

Voici le résultat du crime de masse :

25 000 morts la plupart exécutés sans jugement en dehors des combats.

Beaucoup n’étaient pas communards.

43 522 prisonniers partirent à pied à Versailles vers Satory les manèges ou la caserne Lobeau pour y être fusillés.

10 000 Déportés vers Cayenne ou la Nouvelle Calédonie .

1000 soldats versaillais périrent


LIRE L’ARTICLE INTÉGRAL DE CLAUDE C. SUR PARISTIMES

 

Publicités

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.