Dâna, le don, la générosité

fb

Pour être heureux il nous faut un minimum matériel et relationnel, comme un toit, des vêtements, des aliments, des soins, des relations avec les autres. « Celui qui aspire au bonheur devra jouir de conditions matérielles excellentes. Tant qu’il ne réunira pas ces conditions, il lui sera extrêmement difficile de posséder le bonheur. Pour cette raison, le Bouddha a d’abord enseigné la pratique de la générosité, comme étant la base de toutes les autres obtentions. »1

Or tout l’enseignement du Bouddha repose sur la non-séparation entre soi et autrui2 on ne peut donc rester insensible à la souffrance de l’autre, qui nous touche directement. Le partage, la solidarité, la générosité, le don deviennent alors naturels pour permettre à chacun d’accéder au bonheur.

Bien sûr, le plus souvent nous sommes très attachés à nos biens, nous éloignant de cette conscience de la non-séparation. Pour contrecarrer cela on peut penser à notre décès. À l’instant de notre mort nous n’emmènerons pas avec nous tout ce qui est de l’ordre du matériel et ce sont ceux qui resteront qui en profiteront. Alors pourquoi s’y accrocher autant actuellement comme si ce lien était éternel ?

On voit bien que cette générosité est à double effet. Si elle a pour but de permettre à autrui de moins souffrir elle nous permet aussi de travailler sur notre difficulté à accepter la non-séparation entre soi et autrui. C’est pourquoi on ne pratique pas cette générosité à contrecoeur, on ne se force pas à donner, ce que l’on donne, on le donne de bon coeur, parce que c’est cela qui nous libère de notre attachement à notre ego. Tant que nous sommes dans un sentiment de dualité, de perte nous n’intégrons pas cette non-séparation soi/autrui. La pratique de la générosité est déclenchée par notre vue équanime sur le monde mais en même temps permet de l’approfondir.

L’intention est aussi importante que le don en lui-même. On pratique toujours avec une vision de la « grandeur », c’est à dire en ayant en tête d’être utile et bénéfique à tous les êtres. On est porté par la joie quand on a l’intention de donner, quand on dédie ce don à tous les êtres et quand enfin on se réjouit du don tout en étant sans attente en retour. Le Bouddha dit : « Ayant pratiqué la générosité, le donateur ne demeurera pas attaché à l’objet offert, ni n’attendra de résultat pour lui-même. Le bodhisattva habile fera don de tout ce qu’il est bon de donner et, de cette manière, par cette forme de don éveillé, tout ce qu’il offrira deviendra incommensurable. » 3

Nous pouvons bien-sûr faire don de nos biens, mais ils ne sont pas inépuisables, mais nous pouvons aussi faire don de ce que nous sommes. Alors ce type de don est non seulement inépuisable mais en plus nous enrichit en même temps. Par exemple on peut offrir un sourire. « Le cadeau que nous portons avec nous et que nous pouvons nous offrir à nous-mêmes et aux autres à n’importe quel moment de la journée, c’est l’offrande d’un sourire. Essayez, vous découvrirez combien un sourire du cœur apporte beaucoup de bonheur en soi et autour de soi ».4 Mais « le fait de penser sincèrement que, si nous avions les moyens, nous saurions donner à ceux qui en ont besoin est déjà une marque de générosité »5 puisque cela nous aide à créer cette conscience du lien soi/autrui.

On dit que le plus grand cadeau est le don du Dharma, partager l’enseignement du Bouddha qu’on a reçu mais tout le monde n’a pas la capacité d’enseigner, c’est pourquoi on va chercher à apprendre par générosité, pour un jour pouvoir transmettre cet enseignement.

À contrario il nous faut aussi apprendre à accueillir la générosité de l’autre. « Nous avons peut-être souvent entendu ou dit nous-mêmes en recevant un cadeau « Ah, il ne fallait pas ! ». Est-ce vraiment un mot de gratitude ? »6

Pour résumer la paramita de la générosité permet d’aider matériellement et psychologiquement ceux qui souffrent à trouver plus de bonheur. Mais elle nous permet à nous-même de pénétrer plus profondément la réalité de la non-séparation, c’est en cela qu’elle est un outil qui nous est aussi utile sur notre chemin de vie.


1 Shantideva – Bodhicaryavatara – la Marche vers l’Eveil – http://www.padmakara.com/

6 Op. cit. lapluiedudharma.fr

 (lire d’autres textes sur Vimalakirti ICI)


VIM-01-03

Publicités

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s