Carpe Diem


1carp

Carpe diem (quam minimum credula postero) est une locution latine extraite d’un poème de Horace que l’on traduit en français par : « Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain », littéralement « et <sois> la moins crédule <possible> pour le <jour> suivant » (postero=postero diei, le jour suivant, credula étant au féminin car Horace s’adresse à une femme).

Approximativement, cette phrase signifie « Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain ». Elle est tirée de vers latins du poète Horace, intéressé par l’épicurisme et le stoïcisme (dans ses Odes, I, 11, 8 « À Leuconoé », 23 ou 22 av. J.-C.). Elle résume le poème qui le précède et dans lequel Horace cherche à persuader Leuconoé de profiter du moment présent et d’en tirer toutes les joies, sans s’inquiéter ni du jour ni de l’heure de sa mort.

Carpe est une forme impérative venant du verbe latin carpo, carpis, carpere, carpsi, carptum. Ce verbe a pour signification primitive « brouter » (de l’herbe), « cueillir » (une fleur) ; puis « déchirer, censurer, trier, choisir, goûter, profiter ».

Rendu célèbre auprès du grand public depuis l’Antiquité, l’extrait Carpe diem fait l’objet d’une mauvaise interprétation : traduit par « Profite du jour présent » (alors que les deux mots signifient « cueille le jour ») et compris comme une incitation à l’hédonisme le plus fort, peut-être le plus aveugle, il perd tout rapport avec le texte original qui, au contraire, incite à bien savourer le présent (sans toutefois récuser toute discipline de vie) dans l’idée que le futur est incertain et que tout est appelé à disparaître.

C’est donc un hédonisme d’ascèse, une recherche de plaisir ordonnée, raisonnée, qui doit éviter tout déplaisir et toute suprématie du plaisir. C’est un hédonisme a minima : c’est un épicurisme (Horace faisait partie des épicuriens de l’ère romaine).

Le passé n’existe plus, l’avenir n’existe pas encore. Seul existe le présent. Dans Noces, au chapitre intitulé « le désert », Albert Camus note que les deux seules choses qui nous sont données sont le corps et le présent et que les refuser serait refuser de vivre.

Vivre l’instant présent, c’est alors être présent à soi et au réel. Nos esprits, en activité incessante entre nos impressions du passé et nos projets pour l’avenir, entre nos préjugés et nos appréhensions semblent s’opposer à une telle possibilité. Dès lors, il ne s’agit pas de refuser la pensée du passé et du futur, puisqu’elle nous est essentielle pour penser et parler, mais de ne plus nous identifier entièrement à elle. Rien de l’existence humaine n’est refusé puisque tout a lieu dans le présent de la pensée ; la différence réside dans les conséquences que l’on tire de la perception des pensées.

La pleine conscience de l’instant présent consiste simplement à observer les objets physiques et mentaux qui se présentent à l’esprit. Elle expérimente le corps et l’esprit dans ses deux composants, conscient et inconscient, dans le but de tout nettoyer, de tout purifier. Elle permet aussi de prendre « du recul » ou « de la hauteur » par rapport au flux continuel des pensées.

On peut rapprocher ce vers, devenu une maxime, de ces mots tirés du même poème : Spatio brevi / Spem longam reseces, soit « Ôte le long espoir à tes jours comptés » (littéralement « Retranche l’espoir durable au bref laps de temps »).

La rose, fleur rapidement fanée et qu’il faut cueillir dès sa floraison, est devenue une métaphore canonique de la brièveté de l’existence humaine dans la poésie française du xvie siècle, en particulier avec les poètes de la Pléiade. Ronsard écrit ainsi : « Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie » dans ses Sonnets pour Hélène. Le même thème sera repris au xviie siècle par les poètes anglais Robert Herrick et Andrew Marvell ainsi qu’au xxe siècle par Raymond Queneau dans son poème Si tu t’imagines.

La maxime Carpe Diem figure fréquemment sur les cadrans solaires. Elle est citée intégralement dans le film Le Cercle des poètes disparus.

(Wikipédia)

34ll carpe diem

La Lettre À Lila – Réponse D’un Philosophe À La Quête De Sens – Vincent Cueff – Ed Jouvence – Septembre 2015
http://goo.gl/q2RPu1

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s