Le juge Roy Bean

1966-15-

Phantly Roy Bean (né en 1825, décédé le 16 mars 1903) était un barman et un juge arbitraire qui s’appelait lui-même « La Loi à l’ouest du Pecos ».

La légende dit que le « juge » Roy Bean tenait ses jugements dans son saloon près de la rivière Río Grande dans un endroit désolé du désert Chihuahuan, dans l’ouest du Texas.

Roy Bean naquit à Mason County, Kentucky aux alentours de 1825.

À l’âge de 15 ans environ, Roy laisse la maison paternelle à la recherche d’aventure à la Conquête de l’Ouest et pour suivre ses deux grand frères, Sam et Joshua. Avec son frère Sam, il traversa dans des wagons ce qui deviendra le Nouveau-Mexique, il traversa le Río Grande et installa un poste de traite à Chihuahua, au Mexique. Après avoir tué un malfrat local, Roy s’enfuit en Californie pour rester avec son frère Joshua, qui deviendra bientôt le premier maire de San Diego.

Roy a travaillé comme barman dans le saloon de son frère, The Headquarters (« Le Quartier Général »), et a été engagé par Josh comme lieutenant dans la milice d’état. Le 24 février 1852, Roy a été arrêté après avoir blessé un homme appelé Collins dans un duel. Il s’est échappé le 17 avril et lorsque son frère, le maire Josh, fut tué quelques mois plus tard dans un triangle amoureux, Roy décampa vers le Nouveau-Mexique où Sam était devenu shérif.

Roy a tenu le saloon de Sam pendant plusieurs années. Il se fit encore plus d’argent en faisant de la contre-bande d’armes à feu du Mexique vers les États confédérés d’Amérique en passant les mailles du filet du blocus de l’Union durant la Guerre de Sécession.

Le 28 octobre 1866, Roy Bean épousa Maria Anastacia Virginia Chavez (une Mexicaine née en 1845 et décédée le 26 novembre 1922). Ils s’établirent à San Antonio, Texas. Ils eurent cinq enfants :

Jusqu’aux années 1870, Roy nourrira sa famille en vendant du bois de chauffage volé et en vendant du lait mélangé à de l’eau. Ses manières commerçantes valurent à la région de San Antonio son surnom de « Beanville ».

En 1882, le Galveston, Harrisburg and San Antonio Railroad recruta des « bras » pour construire un lien ferroviaire entre San Antonio et El Paso. Roy Bean s’enfuit de sa famille, et de son commerce illégal de San Antonio, pour aller vendre du whisky aux employés qui construisaient le chemin de fer dans une tente qui suivait la construction.

Certains affirment que Tex Avery serait un de ses descendants

Dans un article rédigé par Morris, celui-ci décrit notre homme comme étant le juge le plus invraisemblable que connut l’Amérique, les condamnés allaient rarement en prison et étaient plutôt contraints aux travaux forcés immédiats, intimidés par son ours domestiqué. D’après la légende on raconte comment Roy mena l’enquête lorsqu’on découvrit le corps d’une personne tuée dans un accident. Afin d’identifier le jeune homme, le juge ne trouva qu’un revolver et 41 dollars 50. Il confisqua celle-ci et condamna le cadavre à une amende de 41$50 pour port d’arme illégal…

Son saloon était situé près du chemin de fer, là où les locomotives marquaient dix minutes d’arrêt. Les voyageurs profitaient de cette courte pause pour descendre et aller rapidement boire un verre de bière dans son établissement. Mais au moment de rejoindre le train sifflant le départ, c’était tant pis pour les consommateurs payant avec de gros billet. Bean était toujours dépourvu de monnaie. Un jour un voyageur ayant payé sa consommation de 30 cents avec un billet de 20 dollars et ne voyant pas revenir sa monnaie s’impatienta, traitant alors Roy Bean de voleur. Fidèle à sa fonction de juge, Roy Bean lui adressa une amende de 19$70 pour outrage à la loi de l’ouest du Pecos…

Mais sous cette carapace de personnage intransigeant, notre juge farfelu était pour le moins un être sensible. Un jour il condamna à la pendaison un jeune garçon accusé d’avoir tué un cheval au cours d’une altercation au revolver (à l’époque tuer un cheval était un acte impardonnable). Il accorda au coupable le droit d’écrire une dernière lettre à sa mère. Touché par la lecture de celle-ci, Roy Bean revint sur sa décision et gracia l’accusé.

Roy Bean est devenu une véritable légende du folklore américain au même titre que Davy Crockett, Buffalo Bill ou Wild Bill Hickok.

1966-15-04a 1966-15-05a 1966-15-06a 1966-15-07a 1966-15-08a 1966-15-09a 9782800114538 9782800114538_p_4 9782800114538_p_5 juge Roy Bean

1Roybean lucky-luke-juge-roy-bean

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

lucky-luke-langtry

 

 

Source :

  • Wikipédia
  • Tintin n°15 – 1966 – Eddy Paape –  Step
  • Lucky Luke – Le Juge – Morris – Goscinny – 1959
Publicités

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s