Les quatre axiomes du Bouddha


zz

Pour en venir au message du Bouddha, il a primitivement dit « Je ne suis venu que pour enseigner la douleur et la fin de la douleur ». Son premier enseignement était en effet ce qu’on appelle les 4 « Nobles Vérités ». Elles résumaient sa démarche vers l’éveil. C’est ce que dans un autre texte1 j’ai appelé les 4 grands axiomes, ce sont : L’existence est souffrance, la cause de la souffrance, la possibilité d’éliminer la souffrance et la voie qui mène à l’élimination de la souffrance. Le bouddhisme est donc, simplement, le chemin qui conduit à l’extinction de cette souffrance. Car si la souffrance, par expérience, est facilement vérifiable, ce qui permet d’en sortir n’est ni, si apparent, ni si évident à mettre en œuvre.

Il ne s’agit pas de prendre ces axiomes pour des vérités à apprendre par coeur mais comme des aides directionnelles comme le dit Hervé Clerc :

« Je les appelle les quatre cairns. Les cairns ces monticules de pierre qui jalonnent les chemins de montagne, guident les randonneurs. Grâce aux cairns, un promeneur ne se perd pas. Il suit le fil de sa randonnée. Mais s’il reste en arrêt devant un cairn, absorbé par la contemplation du cairn, la randonnée s’arrête. Il n’y a plus de chemin. Les vérités du bouddhisme sont des cairns : il faut les avoir à l’oeil mais ne pas rester planté devant. »2

La première « Noble vérité » est que l’existence est mal-aise. Il y a toujours des soucis qui se profilent et qui peuvent vite virer à l’aigre. Ce mal-aise trouve son acmé dans la naissance, la vieillesse, la maladie et surtout la mort. Mais il se manifeste quotidiennement sous forme de tristesse, de colère, d’envie, de peurs, d’anxiété et de désespoir. On peut le résumer dans le désir incessant et l’aversion continuelle, ou encore dans le manque, l’absence douloureuse de ce que nous aimons et dans l’excès, la présence pénible de ce que nous détestons. Ce sont « les trois feux qui consument l’existence : la compulsion, la frustration et la confusion. »3 Au-delà de la douleur physique il s’agit bien d’une souffrance névrotique qui compose la base de la personnalité humaine.

Le deuxième axiome nous donne la cause de ce mal-aise : Nous ne voulons pas voir que la réalité est impermanente et cela crée en nous un attachement permanent aux phénomènes qui ne le sont pas ! Et nous avons aussi, une image faussée de nous-même. Nous nous créons un ego conceptuel, intégrant à cette construction, nos rôles sociaux, mais aussi nos liens émotionnels, voire même des objets, comme des bien matériels ou financiers qu’il « faut posséder ».

Le troisième « cairn » est qu’il est possible d’éliminer ce mal-aise, pour cela il faut faire cesser sa cause en ayant une vision juste de la réalité. L’éveil est cet état « naturel », non névrosé.

Et enfin en dernier le Bouddha donne la voie qui mène à l’élimination de ce mal-aise , c’est la Voie aux 8 facettes, l’Octuple Sentier, qui permet de maintenir la vision juste de la réalité. Ce sont huit pratiques dites « justes » (c’est à dire, adaptée, correcte) qui se pratiquent en même temps : compréhension, pensée ou intention, parole, action, moyens d’existence, effort, attention ou présence & la concentration ou méditation.

Je renvoie à mon précédent écrit4 pour en savoir plus et il y a un grand nombre de livres qui traitent de ces 4 Nobles Vérités.

Tout est impermanent, tout est interdépendant.

zz2


2 Hervé Clerc – Les choses comme elles sont, une initiation au bouddhisme ordinaire – Folio – 2011

3 S’asseoir tout simplement – L’art de la méditation zen – Éric Rommeluère – Seuil – 2015

4 « Les quatre axiomes du Bouddha » op. cit.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s