Merci patron(s) ! (le film)


20160228fb

Deux articles du Canard Enchaîné (quand même un des très rares journaux à fonctionner sans publicité !) sur le film de François Ruffin « Merci Patron ! ». À voir ! Pour garder la force de dire NON ! Merci à lui pour son humour, sa ténacité, son courage, son talent.

D ’UN côté, Bernard Arnnault, l’homme le plus riche de France. De l’autre, Jocelyne et Serge Klur, de pauvres gens.
Le couple travaillait pour Kenzo (LVMH), mais leur usine picarde a été délocalisée en Pologne, il y a quatre ans.
Et aucun des deux n’a retrouvé de travail. Saccagés par les dettes, les Klur vivent avec 3 euros par jour. Et Vont être expulsés de leur maisonnette.
Pour sortir de ce cauchemar, il leur faudrait 40 000 euros, une sacrée somme ! Et un salaire, aussi. Mais quelle bonne âme accepterait de les aider ? Bernard Arnault, bien sûr !

François Ruffin, fondateur du journal alternatif « Fakir >>, a décidé de prendre les choses en main. Son credo ? « Aider Bernard Arnault à redonner un sens à sa vie. » Et prouver que le grand patron — malgré sa superbe — a un petit cœur qui bat.

Les époux Klur envoient une belle lettre à Arnault, écrite par Ruffin, qui donne quelques jours au pédégé de LVMH pour dédommager le couple. Et réparer les dégâts commis par l’arrogance du luxe. En cas de refus, les Klur, la CGT et d’autres naufragés du groupe perturberont l’assemblée générale des actionnaires LVMH. Et six missives seront envoyées à la presse, « Canard » compris. L’imposture est enclenchée.

Cette « arnaque version lutte des classes », comme le proclame joliment le film « Merci patron ! », va fonctionner bien au-delà des espérances.
« Mais, attention, hein ? faut en parler à personne », prévient l’émissaire d’Arnau1t, arrivé en urgence. Il annonce la bonne nouvelle : son patron accepte tout. Une partie de la somme en virement, l’autre en chèque, et un CDI chez Carrefour pour Serge. Mais silence ! Secret absolu ! Le messager LVMH.s’amuse : « Le président ne peut pas s’amuser à filer 40 000 euros à tous ceux qui ont été licenciés dans le groupe. » Et il parle, le bougre. Il parle, à la fois rigolard et navrant. « Mais, là, il a bien senti que cela pourrait faire pleurer dans les chaumières. »

Dans la poupée, sur le buffet, et aussi sous le faux chat, des caméras cachées. Tout est filmé. Rien ne se perd. Et le geste discret du Prince, soucieux de son image de marque, devient une comédie burlesque. Un film tonique, vengeur, grinçant, terriblement drôle. Un spectacle décapant à la Michael Moore, avec l’humour en plus…

Sori Chalandon


Parce qu’il le vaut bien, voilà Bernard Arnault, le propriétaire de LVMH, héros d’une grosse ‘farce en 35 mm (lire ci-dessus). Sa condescendance à Pégard de ses employés, sans lesquels la France ne serait pas la patrie du luxe, mérite sans doute quelques railleries, mais, le problème, quand on consacre un film satirique à la deuxième fortune de France, c’est la promo. Pas facile d’inviter l’auteur d’une pochade qui moque les méthodes d’un milliardaire propriétaire de journaux. Les journalistes des « Echos » et du « Parisien », popriétés de LVMH, sont bien embêtés pour parler de « Merci patron ! », le film du journaliste François Ruffin. Ils ont aimé.
Mais difficile de l’écrire dans leur journal sans prendre le risque de hérisser l’actionnaire.

Ceux du groupe Lagardère ont aussi bien du mal. Sa presse vit largement de la pub du luxe. Sans elle, « Elle », le fleuron de l’empire, ne serait rien. Impossible donc de se fâcher avec le principal acheteur d’espace publicitaire des médias français, l’homme qui a la haute main sur les budgets Dior, LVMH, Givenchy, Kenzo, Berluti, Fendi, DKNY, Loewe, Marc Jacobs, Hennessy, Krug, Guerlain, Bulgari, Le Bon Marché, Ruinart, Moët & Chandon, Sephora, et on en passe.

Frédéric Taddeï, le supposé poil à gratter d’Europe 1, en a fait l’expérience, qui avait invité Ruffin, le 23 février, à son << Europe 1 Social Club », la veille de la sortie du film.
L’invitation avait été lancée trois semaines plus tôt et avait été confirmée par mail le 19 février à 12 h 03. Las ! cinq minutes plus tard, elle est annulée. A la stupéfaction de l’équipe de Taddeï. Et sur ordre de la direction. « On m’a appelé ce matin au réveil pour me prévenir. Ça vient d’en haut d’Europe 1, mais je ne suis pas remonté à la source. Le sujet du film pose problème », explique Taddeï à Ruffin.

La nouvelle fait vite le tour des réseaux sociaux. La censure risque de se révéler pire que la pub pour Arnault. Et catastrophique pour la crédibilité d’Europe 1. Résultat : le lendemain, en plein week-end, Jean-Michel Aphatie est prié d’annoncer qu’il invitera Ruffin dans sa tranche du midi, le jour de la sortie du film.
L’idée vient-elle de lui ou de sa direction ? « Demandez au service de presse d’Europe 1 », répond le Béarnais, qu’on a connu plus bavard. L’attaché de presse explique que «le service des invités a jugé préférable d’inviter Ruffin dans une émission d’info plutôt que de programme ».

En fait, Denis Olivennes, le patron d’Europe 1 et de Lagardère Active, est intervenu pour demander à ce que personne ne soit dupe du film et que la contradiction lui soit vigoureusement portée. Résultat : dans « Le Journal du dimanche », autre titre du groupe Lagardère, l’article prévu sur « Merci patron ! » est << jivarisé ». L’auteur applaudit le film en 25 lignes en réussissant la performance de ne citer ni le nom de Bernard Arnault ni celui de LVMH. Tout dire sans rien dire pour ne pas fâcher les censeurs, on se croirait en Iran, sauf que là-bas les censeurs ne se voilent pas.

Tout ça pour un film qui ne passe que dans sept salles à Paris. Mais, là, vérification faite, Bernard Arnault n’y est pour rien.

Jean-Michel Thénard

20160228

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s