Mémoire du corps

160212fb« Lorsqu’un enfant vient au monde, il a besoin de l’amour de ses parents, c’est-à-dire qu’ils lui témoignent de l’affection, de l’intérêt, de la sollicitude, se montrent gentils, protecteurs, disponibles et prêts à communiquer avec lui. Le corps conservera ces bons souvenirs, dont il sera à jamais enrichi. Plus tard, quand ce jeune être deviendra adulte, il sera capable de donner le même amour à ses propres enfants.

Mais quiconque a été privé de tout cela aspirera, sa vie entière, à assouvir ses premiers besoins vitaux, et cherchera à les satisfaire auprès d’autres personnes.

En outre, moins un enfant a reçu d’amour, moins il a été respecté en tant que personne, plus, quand il sera adulte, il se cramponnera à ses parents ou à des substituts, en attendant d’eux tout ce qui lui a été refusé à la période décisive.

C’est là une réaction normale du corps. Il sait ce qui lui manque et ne peut l’oublier. Un trou est creusé qui attend d’être comblé. »

Alice Miller _ Notre corps ne ment jamais _ Ed Flammarion _ 2004

160212

Publicités

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s