Ikkyû : Néant


Ikkyu -

J’ai transplanté des musas.
Leur valeur représente des masses d’or.
J’ai écrit sur une de leurs feuilles
Le caractère « Néant ».
Le poète à la mélancolie profonde
Découvre au-delà de sa fenêtre un tableau splendide.
À midi, sous le ciel bleu,
Je chante la pluie du soir.

(Lire les commentaires et autres poèmes dans Ikkyû – Nuages fous – Albin Michel – 1991)
Ikkyu - Hisashi Sakaguchi - Glénat - 1997 IIII 5

(Lire l’histoire d’Ikkyu dans une excellente BD : Ikkyu – Hisashi Sakaguchi – Glenat – Kameha)

« lkkyû (1394-1481) occupe une place tout a fait a part dans l’histoire des maîtres du Zen, par l’originalité de son oeuvre et son comportement excentrique qui suscita beaucoup de critiques de la part de ses contemporains. Grand connaisseur de la littérature chinoise, qui influença ses écrits, il a composé plus de mille stances. »  (M et M. Shibata)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s