Sophie Milaszewicz


Il y a 37 ans dans Charlie Mensuel, cet excellent magazine de BD, inspiré de l’encore plus excellent Linus, publiait depuis trois ans déjà une BD de Carlos Sampayo (scénario) et José Muñoz (dessin) : Alack Sinner.

Un des personnages récurrents de cette BD ( Alack Sinner aura une fille avec elle pour autant que je me souvienne) est Sophie Milaszewicz, jeune femme rousse qui se veut libre et qui malgré est un peu border-line (comme beaucoup de personnages de cette BD). Elle se promène nue sous ses vêtements et recherche un côté humain existant encore dans cette société, injuriant aux interphones les « familles » qui ne portent que des n°.

Cette BD est comme un air de free-jazz dont par moment on ne sait plus si c’est harmonieux ou cacophonique et en même temps cela nous hypnotise et nous retient. Des personnages à la « Taxi driver »

Sophie, faut pas l’emmerder, elle n’a jamais peur. En tout cas la peur ne la paralyse pas.

Elle ne supporte pas toute cette anonymisation que crée la société et derrière laquelle on se retranche bien souvent. Elle peut être très violente.

Mais elle peut tomber sur beaucoup plus violents qu’elle !

Et c’est vrai qu’avec son comportement anar, c’est elle qui finira en tôle.

Sampayo et Muñoz font intervenir le grand black-out de New-York de 1977, ce qui finalement est une belle métaphore de leur BD ce paradoxe entre la grande ville bourgeoise et sa part sombre. New York avait été touchée par une panne d’électricité qui a déclenché des pillages et des émeutes entraînant l’arrestation de 4 000 personnes. Ce grand incident est dû à un orage, dont les chocs de foudre successifs sur des lignes de transport provoquent la perte de ces lignes et de groupes de production. Faute de délestage effectué suffisamment rapidement, de nouvelles disjonctions surviennent en cascade. L’ensemble de New York est coupé, soit environ 6 GW. Il faudra une quinzaine d’heures pour réalimenter totalement New-York.

Elle finit par céder aux avances de ce jeune un peu naïf qui ne rêve que de faire l’amour avec elle. Et au moment fatidique « tout » ne fonctionne pas comme prévu mais doit-on s’excuser ? L’important n’est il pas d’être ensemble ?

Elle finira par fuir au Mexique pour trouver la liberté. Mais cette liberté n’est elle pas surtout dans la fuite ?

Alack Sinner – Jose Munoz, Carlos Sampayo Casterman

sources :

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s