Ikkyû : Le printemps en octobre


Ikkyu - Hisashi Sakaguchi - Glénat - 1997 III

Mi-automne sans lune

Cette nuit je ne vois pas la lune,
Je ne verrai donc pas une belle fille.
Assis tout seul, calme,
Face au chandelier de fer, je récite une poésie.
Tous les poètes du monde
Deviennent mélancoliques au crépuscule.
J’écoute la pluie ce soir,
Et je revois les dix années précédentes.

(Ikkyû – Nuages fous – Albin Michel – 1991)

Ikkyu - Hisashi Sakaguchi - Glénat - 1997 III 1

(Ikkyu – Hisashi Sakaguchi – Glenat – Kameha)

33ème annivsersaire de la mort de l’ermite « Comme désirs » (Maître Gonge). Stance inspirée par des fleurs de prunier et de chrysanthème dans un vase.

Trente-troisième Anniversaire !
A nouveau le chagrin.
Il se nommait « Comme désirs »,
Ses centaines de disciples ou milliers de disciples
Atteignirent son niveau.
Des Patriarches et des Maîtres,
Je ne comprends
Ni actes contrariants
Ni actes s’adaptant.
Chrysanthème jaune et prunier blanc !
Le printemps en octobre !

« lkkyû (1394-1481) occupe une place tout a fait a part dans l’histoire des maîtres du Zen, par l’originalité de son oeuvre et son comportement excentrique qui suscita beaucoup de critiques de la part de ses contemporains. Grand connaisseur de la littérature chinoise, qui influença ses écrits, il a composé plus de mille stances. »  (M et M. Shibata)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s