Un monde particulièrement injuste

150630fb

La société contemporaine mondiale actuelle est particulièrement injuste car opprimant une majorité de personnes au profit d’un petit nombre d’individus. :

  • Près de 61 millions d’enfants en âge d’être à l’école n’étaient toujours pas scolarisés dans le monde en 2010. La scolarisation continue à progresser sur la planète mais Il reste des millions d’enfants pour qui l’insertion économique et sociale risque d’être difficile dans des sociétés où l’emploi requiert de plus en plus de compétences.
  • La faim recule dans le monde, mais 805 millions de personnes souffrent encore de sous-alimentation chronique
  • La pauvreté baisse dans le monde. Un milliard d’individus vivent cependant toujours avec moins de 1,25 dollar par jour, le seuil d’extrême pauvreté.
  • à travers le monde 750 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable, ce qui met leur vie en danger
  • Les 1% les plus riches possèderont en 2016 la moitié de la richesse mondiale. Etude à l’appui, l’organisation non-gouvernementale Oxfam indique en effet que « la part du patrimoine mondial détenu par les 1% les plus riches est passée de 44% en 2009 à 48% en 2014, et dépassera les 50 % en 2016 ». Ce qui signifie que le patrimoine cumulé des 1% les plus riches du monde dépassera en 2016 celui des 99% restants. « En 2014, les membres de cette élite internationale possédaient en moyenne 2,7 millions de dollars par adulte », souligne l’association. « Le reste du cinquième (20%, ndlr) le plus riche de la population possède 46% du patrimoine mondial, alors que 80% de la population mondiale ne se partage que les 5,5% restant », précise encore Oxfam.

En 1975, les « décideurs » occidentaux s’inquiétèrent: et si l’extension de la démocratie venait à menacer un libéralisme dont l’essence même est censitaire? Il s’employèrent alors avec succès à ce que les choses rentrent dans l’ordre….   (Claude Julien 1976). La Grèce nous montre un exemple très intéressant en ce moment. Voici ce qu’en dit Françoise Simpère depuis la Grèce : Il y a un contraste inouï entre les titres apocalyptiques des nouvelles françaises « la Grèce, c’est fini », « un risque de chaos absolu » et même « Alexis Tsipras, maître-chanteur » (c’est pas une insulte à chef d’Etat, ça? ») et ce que je vois et entends ici. Par exemple, ce matin, devant le DAB, les grecs n’ont pas pu sortir d’argent-même pas les 60 euros prévus car le système n’est pas encore mis en place- et leur carte était avalée par le DAB (puis restituée aussitôt, car bien que la banque soit fermée, qqn était là pour expliquer la situation. En revanche- n’hésitez donc pas à passer des vacances en Grèce!- les touristes ont pu retirer ce qu’ils voulaient, dans la limite du plafond de leur CB. Bien loin der râler ou d’invectiver lesdits touristes, les Grecs sont restés très calmes. Ce matin,j’avais oublié mon porte-monnaie, le vendeur d’une boutique m’a dit « prenez votre journal, vous paierez plus tard », puis, quand je lui ai posé la question de la disponibilités des DAB, il a appelé spontanément le responsable de la banque pour lui demander à mon intention les détails pratiques du contrôle bancaire. Rien ne dit que les Grecs vont refuser les dernières propositions, ils ont très envie de rester dans l’U.E, mais l’idée du référendum leur plaît, car elles leur rend une dignité, un pouvoir de décision dont ils se sentent dépossédés depuis 6 ans. Pour résumer, leur position est plutôt: « On va lire les dernières propositions et voir si elles sont acceptables, car on a déjà fait beaucoup de sacrifices ». C’est reposant, une telle sagesse, contrastant avec l’hystérie anti-démocratique des eurocrates!

Que faire en tant que « simple citoyen » ? Je n’ai pas de réponse mais au moins, comme le dit Normand Baillargeon : « chercher à s’informer au mieux, juger au moins mal et faire preuve de prudence » et plus loin il nous dit « Il est possible d’organiser une économie efficace et efficiente, où ne prévalent ni le marché, ni le profit, ni l’organisation hiérarchique du travail et qui ne soit pas l’économie planifiée. Cette économie produirait en quantité suffisante des biens variés en conformité avec les désirs des participants au travers d’institutions qui favoriseraient la solidarité, la justice, la démocratie participative et l’équité. » (L’économie participaliste développée par Michael Albert et Robin Hahnel )

sources : Observatoire des inégalitésFAOObservatoire des inégalitésNations UniesLa TribuneMétéo Politique

Publicités

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s