Refuser de porter toujours les émotions engendrées par la malveillance.


150629fb

J’ai déjà eu l’occasion de parler du pardon (ICI) et de dire ma grande prudence face à cela (risque de culpabilisation de la victime, négation du rôle du coupable, fausse acceptation des faits…) On parle beaucoup depuis quelques années de la méthode Hoʻoponopono qui est basée entre autre sur le pardon ce qui tend à me rendre plutôt prudent vis à vis d’elle. Le Hoʻoponopono est une tradition sociale et spirituelle de repentir et de réconciliation des anciens Hawaïens. On retrouve un peu cette idée dans la Justice restaurative (réparatrice ou restauratrice) qui traite des conflits de nature à engendrer des répercussions graves (d’ordre personnel, familial et plus largement social) sur les personnes qui en sont les victimes ou les auteurs, leur entourage et leurs communautés d’appartenance. Elle a pour finalité de donner la possibilité à l’ensemble de ces personnes de prendre une part active dans la recherche et la mise en œuvre des solutions susceptibles de leur permettre de reprendre le cours de leur vie (restauration). C’est une démarche très intéressante car la « communauté de vie » est intégrée dans dans le processus ne laissant pas la victime seule face à son bourreau ou même simplement face à elle-même. Ce qui me gêne le plus dans hoʻoponopono version moderne c’est qu’elle est conçue de telle façon que chacun puisse le faire seul, donc avec les risques que j’évoquais au début.

Toutefois le pardon (voir l’article ici où je préfère l’exonération) est important, au delà des excuses ou de la reconnaissance des actes malveillants, car c’est la volonté de choisir d’avoir ou pas un comportement agressif vis-à-vis de soi-même ! C’est la base du bouddhisme : arrêter de souffrir. C’est choisir la vie contre le tourment. C’est arrêter de vouloir nourrir en soi des émotions perturbatrices comme la colère, la haine, la vengeance. Le pardon serait le choix d’un chemin de compassion, d’amour et de paix. C’est nier en rien l’acte malfaisant et les conséquences que pourra avoir à en subir son créateur, mais refuser de porter toujours les émotions qu’il a engendrées et qui nous détruisent.

sources : WikipédiaJustice Restaurative

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s