Que faire et pourquoi le faire ?


2

Que faire et pourquoi le faire ? Les enseignements du Bouddha répondent à cette double question. Le soin et le soucis sont d’authentiques préoccupations morales. L’être moral est toujours en situation. L’humain est toujours convié à sonder les ressorts et les lignes de force de chaque situation, il doit en imaginer la grandeur pour en libérer les puissances aimantes. Toutes les épreuves se métamorphoses alors en exercices de tendresse. L’habileté est l’ultime recommandation.
Le bouddhisme n’est ni une doctrine, ni un système de croyances, ni une conception du monde à la manière des religions monothéistes. Sa pédagogie interroge inlassablement notre soif de représentations et les croyances qui permettent de masquer notre soif existentielle (duhkha). Le dharma n’est pas un autre système de pensée. Il se donne à vivre comme une épreuve de l’angoisse existentielle, qu’il est possible de s’en affranchir en convertissant son regard sur sa vulnérabilité, sa fragilité, sa nudité.

Se Soucier du monde – Trois méditations sur le bouddhisme et la morale – Eric Rommeluère – Editions Almora – 2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s