Louis Torcatis : « le Jean Moulin catalan »


rue

A Perpignan, à Pia, à Thuir, à Passa, à Saint-Estève, à Saint-Feliu d’Avall, à Corbère, … , il y a une place, une avenue, une rue ou une école portant le nom de Louis Torcatis. 

Louis Torcatis naît à Tautavel en 1904. Il est fils de cultivateur, plus précisément de métayer. Il passe son enfance à Pia, entre à l’Ecole Normale de Perpignan et devient instituteur en 1926. Il enseigne successivement à Sauto, Montalba, Codalet, Pia, Passa puis à Saint-Estève. Communiste, humaniste, esprit libre, et même trop libre, il est exclu du PCF en mars 1939. Il est mobilisé la même année en tant que lieutenant et combat dans l’est de la France, notamment près de Bar-le-Duc. Il est fait prisonnier en juin 1940 mais parvient à s’évader au cours de son transfert vers l’Allemagne en sautant d’un train après en avoir découpé le plancher. Il retrouve en zone libre son poste d’instituteur mais ne peut se résoudre à la défaite, hanté par le souvenir de ses camarades de combat restés prisonniers. Alors dès la seconde quinzaine du mois d’août 1942 il s’engage dans la Résistance sous les noms de guerre de ‘Torreilles’ puis ‘Bouloc’ et enfin ‘Dancla’. En novembre 1942 les Allemands entrent dans Perpignan.

En février 1943, les trois grands mouvements de résistance de la zone Sud, Combat, Libération et Franc-Tireur s’unifient et, en même temps, le premier maquis se constitue à Caixas. La sinistre Milice des Pyrénées Orientales est créée le même mois. Louis Torcatis prend le commandement départemental de l’Armée secrète des Pyrénées-Orientales. Le responsable de son Service de Renseignement est Gilbert Brutus (1887-1944). Le groupe est en charge de la réception de parachutistes, de leur sauvetage et de l’organisation de filières d’évasion vers l’Espagne. Il a plus de 4 000 passages à son actif. Torcatis supervise le sabotage de tout ce qui permet à l’occupant de s’accaparer des ressources et des moyens de production français forcés de participer à l’effort de guerre allemand. Il fait, entre autres, sauter des locomotives en gare de Béziers dans l’Hérault. Et son Armée secrète se charge également de l’exécution des jugements prononcés par le tribunal militaire (Londres).

Dénoncé une première fois, Louis Torcatis échappe de justesse à deux agents de la Gestapo et doit se réfugier avec sa famille dans l’Aveyron où il vit dans la clandestinité. Il est nommé lieutenant-colonel des Forces Françaises de l’Intérieur (FFI) au tout début de 1944. Il est dénoncé une seconde fois en mai 1944 : il croit aller au devant d’un envoyé de Londres arrivant d’Alger. En fait il tombe dans un guet-apens à Carmaux, dans le Tarn, où il avait reçu pour mandat de poursuivre sa mission.

Menotté dans le dos par les adjoints de l’intendant de police Pierre Marty venus de Toulouse, Torcatis percute un de ses assaillants et parvient à s’échapper mais se fait grièvement blesser dans sa course désespérée. Ses agresseurs s’enfuient, le laissant pour mort. Il réussit toutefois à avertir ses camarades de clandestinité du danger qu’ils encourent. Il meurt le lendemain matin à l’hôpital des mines (aujourd’hui clinique Sante-Barbe). Trois semaines avant le débarquement en Normandie, dans un climat d’insurrection, ses obsèques sont suivies par plusieurs milliers de personnes. Les maquisards descendent en ville et dissimulent à peine leurs armes sous leurs vêtements. La foule entonne la Marseillaise à la suite de l’hommage vibrant que l’abbé Freyssinet rend au résistant tombé pour son pays.

D’abord inhumée sur place à Carmaux, la dépouille de Louis Torcatis est transférée – il y a 70 ans de cela – le 2 juin 1945 à Pia, en terre catalane avec les honneurs militaires. Sa tombe, discret caveau familial, porte ces simples mots : « Torcatis Louis Directeur d’Ecole Mort pour la France le 18 mai 1944 à l’âge de 40 ans Regrets » le tout orné d’une minuscule cocarde tricolore. Les plaques commémoratives méritent un bon rafraîchissement. C’est un peu comme si le temps voulait effacer lentement tout souvenir.

Divers monuments perpétuent la mémoire de Louis Torcatis : une stèle à Carmaux et un monument très sobre réalisé par l’architecte Cyprien Lloancy place de Catalogne à Perpignan. Torcatis est aujourd’hui considéré comme « le Jean Moulin catalan ». Il est fait Chevalier de la Légion d’Honneur et Compagnon de la Libération. Par ailleurs, il reçoit la Croix de guerre 39/45 avec palme et la Médaille de la Résistance. Sa veuve, née Jeanne Balent, crée en 1945, avec une coopérative d’enseignants et un certain nombre d’éditeurs et de papetiers, la fameuse librairie Torcatis, rue Mailly à Perpignan. Epaulée par son beau-frère Joseph, elle tient cet établissement jusque dans les années 60. Elle décède le 20 novembre 1994. Elle rejoint ainsi son époux, mort 50 ans avant elle, et repose désormais tout à côté de lui. « Les femmes sont les grandes oubliées de l’Histoire, parce que celle-ci a été rédigée par les hommes » nous dit la militante Michelle Perrot. Soulignons, et n’oublions jamais, l’important travail clandestin durant la Résistance effectué par Jeanne Balent Torcatis aux côtés de son mari.

LIRE L’ARTICLE INTÉGRAL SUR LE JOURNAL CATALAN

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s