Le modèle de la chambre chinoise

chambre chinoise

Supposons que l’on soit dans une pièce fermée avec la possibilité de recevoir et d’envoyer des symboles (via un clavier et un écran, par exemple). On dispose de caractères chinois et de règles de travail (instructions) permettant de produire certaines suites de caractères en fonction des caractères introduits dans la pièce, sur le modèle des organismes de vente par correspondance qui traitent leur courrier client en plaçant des réponses préparées à l’avance, et déjà imprimées, dans des enveloppes.

Si l’on fournit une histoire suivie d’une question, toutes deux écrites en chinois, l’application des règles ne peut que conduire à donner la bonne réponse, mais sans que l’opérateur ait compris quoi que ce soit, puisqu’il ne connaît pas le chinois. Il aura juste manipulé des symboles qui n’ont pour lui aucune signification.

Selon Searle, un ordinateur, ou plus exactement un programme d’ordinateur (par exemple ELIZA), se trouverait dans la même situation que l’opérateur dans la chambre chinoise : il ne disposerait que de symboles et de règles régissant leur manipulation.

Searle explique : « Je n’attendais pas que cet argument, qui me paraissait trivial, suscite de l’intérêt au-delà d’une semaine. L’effet fut au contraire cataclysmique. Tous les participants du séminaire étaient convaincus que j’avais tort, mais sans pouvoir en donner la raison. Vingt ans après, la discussion continue à faire rage, il doit y avoir plusieurs centaines d’articles sur le sujet. ».

Searle propose un argument : « La distinction la plus profonde qu’on puisse effectuer n’est pas entre l’esprit et la matière, mais entre deux aspects du monde : ceux qui existent indépendamment d’un observateur, et que j’appelle intrinsèques, et ceux qui sont relatifs à l’interprétation d’un observateur. » Le calcul informatique, pour être qualifié de tel, n’existe que relativement à une interprétation qui assigne une certaine distribution de zéros et de uns à un certain état physique.

Par analogie, un programme d’informatique ne serait qu’un ensemble de règles syntaxiques dépourvu de sens. Pour accéder au sens, il faudrait une conscience.

La « conscience » du sens d’un message désigne ici la capacité à interpréter le signal pour le traduire en actions; il s’agit d’une « conscience du monde » (awareness) et non d’une « conscience de soi » (consciousness).

Searle a tenté de démontrer par cette voie que le concept d’intelligence artificielle dite forte devait être abandonné.

L’argument de Searle rappelle utilement que l’opérateur humain de son système ne comprend à aucun moment le chinois, de même qu’aucun de nos neurones ne comprend à lui seul une équation différentielle (même s’il est mis ponctuellement à contribution pour son calcul), ou que l’ordinateur, aussi bon joueur soit-il pour nous, ne sait même pas qu’il joue aux échecs.

C’est la redécouverte d’une notion déjà formalisée dans différentes disciplines. En psychophysique, la théorie Gestalt suggère que « le tout possède parfois des propriétés qui n’existent dans aucune de ses parties ». En sciences cognitives, on parle du principe d’émergence. Et Richard Buckminster Fuller propose le concept de synergie : par l’organisation même de ses composants, un système acquiert des propriétés qui ne sont présentes dans aucun des composants en question pris en tant que tel. Le système contient par son organisation ce qu’Henri Laborit ou Bertrand de Jouvenel nomment de l’information ajoutée. L’homme ne comprend pas le chinois, la chambre non plus, mais le système « homme + chambre » le comprend bel et bien, puisque se montrant capable de le traduire.

LIRE L’ARTICLE INTÉGRAL SUR WIKIPEDIA

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.