Pas de racine unique.

dessin

Nous avons pu déjà parler ici des difficultés liées au narcissisme. La principale source de souffrance est liée à ce que l’ego, en tant que sujet, voudrait être sûr de ce qu’il est, mais il ne le peut pas. En effet nous ne sommes pas une personnalité fixe, permanente, stable. Nous sommes un système composé de nombreux éléments différents qui forment une personnalité évolutive. Ce que nous sommes actuellement n’est pas le même être que celui que nous étions il y a 10 ans ou que celui que nous serons dans 10 ans si nous sommes toujours vivants. Ces éléments constitutifs sont notre histoire familiale avec ses croyances, les mythes, rites, us et coutumes de notre milieu social, les lieux où nous avons vécu, la ou les langues qui y étaient parlées, nos expériences sensorielles, nos émotions fortes. Mais ils sont aussi composés de tous nos rêves, nos espoirs, nos désirs, nos projets.
Avec tous ces constituants (et bien d’autres) nous pouvons facilement comprendre que notre personnalité est multiple et riche d’éléments différents mais aussi qu’elle est en perpétuelle formation et n’est jamais quelque chose d’immuable. À chaque instant nous sommes façonnés de nos racines et de tout ce que la vie nous offre en ce moment même pour nous bâtir.
Et la vie nous offre d’autant plus de choses aujourd’hui que les moyens de communication sont mondialisés. Notre culture est influencée par de multiples cultures que l’on ne pouvait qu’imaginer il y a cent ans. Ce métissage de culture n’est pas non plus la réponse standardisée que voudrait nous imposer le monde libéralo-commercial (même bouffe, même culture pour tout le monde, dans tous les pays) mais au contraire quelque chose de très dynamique et personnalisé.
De tout temps la spiritualité et la philosophie ont suivi les voies du commerce. La route de la soie a permis au bouddhisme et à la culture grecque de se rencontrer et de s’enrichir mutuellement. D’un point de vue systémique, un système qui cherche à vivre en autarcie, sans échange, est un système dit « fermé » il ne peut que s’éteindre de lui-même. Un système pour vivre a besoin d’être ouvert (sans être non plus totalement ouvert), c’est l’ouverture sur l’extérieur qui permet le développement du système par l’apport d’éléments nourriciers.
C’est pourquoi, le danger actuel est de s’accrocher à une personnalité qui ne serait composée que d’une racine unique (comme « la France est chrétienne » alors que les Français ont de tout temps étaient façonnés par les cultures grecques, romaines, « barbares », maure, européennes…). Ce sont ces dogmes simplificateurs et ethnonationalistes qui sont à notre époque et dans le monde, à la base de nombreux conflits et massacres. Le bouddhisme nous dit que la souffrance est liée à l’attachement illusoire à une personnalité impermanente, mais on pourrait dire qu’au niveau transnational, la souffrance est du même ordre : un attachement illusoire à une identité unique et « pure » et limitée géographiquement.
Martin Luther-King disait « Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. ». Un des enjeux majeurs de notre époque est de s’ouvrir à ce métissage et ces différences tout en acceptant nos racines et sans tomber dans un universalisme uniforme.

.

Publicités

2 commentaires

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s