Le flux

paye-149

Dans toute activité, dont celle professionnelle (si, si), il faut pouvoir plonger entièrement dedans pour en retirer du plaisir et du bonheur, c’est ce qu’on appelle le « flux » (flow).

Mihaly Csikszentmihalyi a identifié les caractéristiques accompagnant et décrivant l’expérience du flux. Ce sont les suivantes :

  1. Objectifs clairs : les attentes et les règles régissant l’activité sont perçues correctement et les objectifs fixés sont atteignables avec les compétences de l’acteur
  2. Équilibre entre la difficulté de l’activité et les compétences de l’acteur (l’activité n’est ni trop facile ni trop difficile, elle constitue un défi motivant)
  3. L’activité est en soi source de satisfaction (elle n’est donc pas perçue comme une corvée)
  4. Haut degré de concentration sur un champ limité de conscience (hyperfocus)
  5. Une perte du sentiment de conscience de soi, disparition de la distance entre le sujet et l’objet
  6. Distorsion de la perception du temps
  7. Rétroaction directe et immédiate. Les réussites et difficultés au cours du processus sont immédiatement repérés et le comportement ajusté en fonction.
  8. Sensation de contrôle de soi et de l’environnement

La réunion de tous ces phénomènes n’est pas nécessaire pour conduire au flow. Les 3 premiers décrivent des caractéristiques de l’activité propices au flow, les 5 derniers décrivent plutôt l’état de conscience modifié qu’implique le flow.

Ellis montre que l’équilibre entre les compétences personnelles et le défi à relever est sans doute une condition moins importante pour atteindre le Flow que ne le sont d’autres éléments (e.g., clarté des buts, feedback clairs).

Heutte & Fenouillet (2010) retiennent qu’il y aurait 4 dimensions du Flow :

  • Sentiment de maîtrise/contrôle de l’activité – absorption cognitive – On sait que l’activité est faisable, que les compétences sont en adéquation, il n’y a ni anxiété ni ennui
  • Perception altérée du temps – Hors de temps – Concentration totale sur le présent, on ne voit pas le temps passer
  • Absence de préoccupation à propos du soi – dilatation de l’ego – Perte de la conscience de soi – Sentiment de sérénité – pas de préoccupations à propos de soi-même, impression de sortir au-delà des limites de l’ego – après coup, sentiment d’avoir transcendé l’ego à tel point qu’on ne croyait pas cela possible
  • Sentiment de bien-être – activité autotélique – Motivation intrinsèque – ce qui produit le « Flow » devient une récompense en soi – Sentiment d’extase – impression d’être en dehors de la réalité quotidienne

Les données récemment acquises sur les réseaux attentionnels renseignent sur l’activité d’un cerveau en état de flow, notamment celles s’intéressant à la notion surprenante d’attention « sans effort ».

Les personnes ayant repris le concept de flow à la suite de Csikszentmihalyi ont plus mis l’accent sur l’utilité du concept de flow pour le développement de la personne elle-même, par exemple par la spiritualité, l’amélioration des performances, et le développement personnel en général.

(source de cet article : Wikipedia)

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.