Dharma : Angulimala : Vivre son karma dans l’ici et maintenant (assumer ses actes)

karma

(Karma Dessinateur : Borrini  Scénariste : Jean-Louis Janssens    Editeur : DUPUIS)

Dans le sutra d’Angulimala, à la demande de ses sujets le roi part en chasse d’Angulimala qui sème la terreur sur ses terres. En chemin il rencontre le Bouddha et lui parle de son objectif. Celui-ci lui présente le criminel devenu un moine dévot. Malgré tous ses crimes le roi reconnaît là une justice restauratrice, qui a fait d’un dangereux meurtrier un humain réinséré parmi les humains. Il ne put que s’incliner face au Bouddha pour sa capacité à libérer l’indompté : « Ce que nous n’aurions pu dompter par des armes tranchantes ou contondantes, le Bouddha l’a dompté sans armes ni contondantes ni tranchantes. » Grand enseignement qui pourrait être toujours d’actualité alors que notre justice en est encore à maltraiter ceux qu’elle punit (voir la surpopulation dans les prisons par exemple) sans réellement assurer une restauration humaine de ces personnes ni des victimes.

Nous garderons pour toujours les « cicatrices » de nos actes passés, mais nous pouvons à tout moment reconstruire notre vie dans l’instant et dans ceux qui suivent. Il ne s’agit pas tant de se pardonner que d’agir autrement. Ainsi, face à la souffrance d’une mère qui accouche, le Bouddha propose au moine Angulimala, ancien criminel, d’aller la voir et pour la soutenir moralement de lui dire : « Ma soeur, depuis ma naissance, je ne me rappelle pas avoir tué intentionnellement un être vivant. Que cette vérité t’apporte du bien-être, et du bien-être pour ton bébé ». Mais le moine ne peut dire cela, puisqu’il a tué dans sa « précédente » vie. Alors le Bouddha lui propose de parler de son état actuel, d’humain libéré et de dire « Ma soeur, depuis que je suis né dans la noble naissance, je ne me rappelle pas avoir intentionnellement tué un être vivant. Que cette vérité t’apporte du bien-être, et du bien-être pour ton bébé ».

Bien sûr cela ne « lave » pas nos fautes passées, et il nous faut assumer nos actes. Ainsi Angulimala reçut des pierres, vengeances de ses crimes passés, et symboliquement le Bouddha lui dit : « Tiens bon, brahmane! Tiens bon! Le fruit du karma qui t’aurait fait brûler en enfer pendant de longues années, de longues centaines d’années, voire de longs milliers d’années, tu le vis maintenant dans l’ici et maintenant! ».

Le moine Angulimala s’exclama alors:

« Celui qui fut jadis insensible ,
Mais ne l’est plus
Illumine le monde
Comme la lune dégagée d’un nuage.

Ses actes mauvais
Sont remplacés par des actes appropriés:
Il illumine le monde
Comme la lune dégagée d’un nuage.

Tout jeune moine
Qui se voue
A la demande du bouddha
Illumine le monde
Comme la lune dégagée d’un nuage.

« Qui ne fait pas le mal » est mon nom.
Mais j’ai été un faiseur de mal.
Me voici en accord avec mon nom,
Car je ne fais de mal à personne.

Un bandit
j’ai été
Connu sous le nom d’Angulimala.
Emporté par un torrent puissant
J’ai pris refuge dans le Bouddha.

Les mains pleines de sang
j’ai eues,
Connu sous le nom d’Angulimala.
Voyez que j’ai pris refuge!
Déracinée est [l’envie insatiable],
Le guide du devenir. »

LIRE AUSSI : Angulimala : S’arrêter

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.