Semer l’espérance, transformer la pauvreté en richesse


HugoPratt1

(Hugo Pratt un Gentilhomme de Fortune – Dessinateur & Scénariste : Paolo Cossi – Editeur : VERTIGE GRAPHIC)

Former et accompagner les hommes et les femmes pour le développement des activités productrices basées sur les techniques agro-pastorales performantes, telle fut l’option que le couple BAWIENA avait prise en créant le Centre en octobre 1984.

La famille BAWIENA, de retour au pays, ne pouvait pas se diriger directement en brousse pour mettre en application ses rêves :

  • · Il fallait tenir compte des enfants
  • · Il fallait rembourser une dette à une famille française qui avait payé la dernière année de leurs études.

Monsieur Séda BAWIENA Charles est un juriste, titulaire d’un doctorat en commerce international et son épouse est sortie de l’université de la Sorbonne, nantie d’un DEA d’Anglais.

Pour la scolarisation de leurs enfants, pour démarrer cet important projet de vie, il fallait également disposer de moyens conséquents.

Alors, madame BAWIENA a accepté provisoirement d’assurer les cours d’anglais à l’université du Bénin actuelle université de Lomé. L’argent qu’elle gagnait contribuait à couvrir tous les besoins précités.

Pendant cette période, Monsieur BAWIENA en se mettant à l’école de son père, brave paysan d’alors au village, il a sillonné la région et fini par faire le choix du site actuel avec l’aide de son père.

Tous les propriétaires terriens ont été contactés individuellement au cours des réunions pour céder leurs lopins de terre. Ce site a pu être cédé parce que la zone était initialement composée de terres latéritiques et dite hantée par les génies de la mort. Même deux fous ont tenté d’y vivre mais ils ont été délogés par ces génies. C’est enfin ce domaine qui jadis était laissé à l’abandon qui est devenu un LABORATOIRE d’un développement intégré.

Sur fonds de solidarité empreinte d’échange de nourriture, les premières cases en terre battue ont été construites avec le concours de plusieurs villageois. L’aménagement d’un premier pont en bois de teck a permis aux villageois de ne plus parcourir 3 km en plus pour revenir des champs pendant les moments de crue de la rivière qui sépare le centre du village. Rappelons qu’avant la construction de ce pont en bois qui sera plus tard remplacé en béton, le village de Baga a pleuré, chaque année, ses fils et filles emportés par les crues.

Malgré la limite en moyens financiers pour acquérir les outils de travail, l’engagement et la foi en un développement durable au centre duquel serait placé l’homme, ont commencé à donner vie sous la conduite du couple fondateur soutenu par une dynamique équipe de 20 personnes.

En 1986, le Centre acquit sa première paire de bœufs grâce à des dons d’amis du couple pour commencer la culture attelée.

En 1987, le Centre a pu se procurer des outils de travail composés d’une houe de labour et de sarclage, de 3 paires de bœufs supplémentaires et du matériel agricoles divers.

C’est durant cette même année que le centre a reçu pour la première fois un groupe de 12 frères marianistes venus lui apporter un soutien et partager son expérience.

En 1988, un don financier de la coopération française a permis de construire en béton le pont initialement aménagé en bois de teck.

En 1989, une retenue d’eau de 15 000 m3 fut construite, à la main, par 869 personnes dont 800 femmes. Cette retenue a permis d’entreprendre la culture maraîchère.

Quelques années après, cette initiative de couple prenant de l’envergure et capitalisant une expérience avérée en agro-pastoral ne pouvait plus rester dans le cadre familial.

D’où la naissance du Centre de Développement Agropastoral (CDAP) qui deviendra plus tard, Centre International de Développement Agro pastoral (CIDAP) qui répond aux normes d’une organisation de droit associatif.
Dès lors, l’aventure des BAWIENA est devenu une institution formelle disposant d’une association internationale, d’un conseil d’administration qui oriente la vie professionnelle de l’œuvre qu’est le CIDAP/centre organisé, à son tour, en unités de formation et de production.

A ce jour, ce centre compte six unités comprenant plusieurs ateliers animés par une jeune dynamique équipe d’une trentaine d’actrices et acteurs rompus à la tâche. La mission très affichée est : « semer l’espérance, transformer la pauvreté en richesse » et la devise s’énonce comme : « tous au travail pour le développement de tout l’homme et de tout homme ». Partenaire sûr dans le développement, le centre a pour slogan, l’agriculture, c’est notre vie.

Ses champs d’expérimentations sont sur deux sites principaux : Bali et Natoun. Et ses domaines d’intervention sont :

  • · Promotion Développement Local et Participatif
  • · Animation Vie Associative
  • · Formation en Entreprenariat Agricole (IFAEFA)
  • · Appui Suivi Accompagnement
  • · Vulgarisation des Systèmes agro écologiques
  • · Promotion des systèmes intégrés de Protection de l’environnement

LE SITE DU CIDAP TOGO

1

Info trouvée sur l’Âge de Faire

L-age-de-faire-entete

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s