L’amour est politique

flowerpower

(Dessin de Bado)

LIRE L’ARTICLE INTÉGRAL SUR J’AI DEUX KÔAN À VOUS DIRE

Récemment, une amie m’a soutenu qu’une affiche invitant à l’amour et la paix entre les humains, n’avait pas sa place dans une manifestation, car elle n’était pas politique. Est-ce bien sûr ? Certes, l’amour est LA dimension intime par excellence, mais il n’aime pas être enfermé et il ouvre toutes les portes pour irriguer la vie. Il est comme le sel dans la soupe, le sucre dans le dessert.

Dans le domaine du droit, l’amour c’est la justice et la bienveillance ; en économie, c’est l’équité et le partage ; dans l’éducation, c’est la disponibilité ; au travail, c’est l’attention ; dans le domaine social, c’est la solidarité ; dans l’art, c’est l’esthétique ; dans la spiritualité, c’est l’harmonie…
Et la politique alors ? La seule qui mérite ce beau nom est celle qui est empreinte d’amour, celle qui consiste à servir et non se servir, celle qui fait des rêves et non de sombres calculs, celle qui espère plus qu’elle ne compte. Car la politique sans amour conduit irrémédiablement au chapelet des dominations qui encombrent l’histoire.
Une société aimante est l’antithèse de la société publicitaire et commerçante où tout se vend et tout s’achète, objets, nature, services, jusqu’aux fonctions les plus importantes… et même l’amour ; si ce n’est qu’en lui mettant un prix, on le prostitue ; on le tue, à l’instar des coquelicots que l’on cueille.

Il est temps de cesser de « faire la politique » comme on « fait la guerre », mais avec d’autres armes. Il est temps de se mettre à  « jouer de la politique » comme on joue d’un instrument. Il est temps d’ouvrir en grand les écoles de musique de la démocratie pour y apprendre à composer des sociétés, un monde, une planète pacifique. Les sceptiques répondront que la violence est propre à la condition humaine.
Eh bien non ! Une anthropologue* soutient, preuves archéologiques à l’appui, que les seules violences attestées chez les premiers humains, sont rituelles et non guerrières. Ces dernières sont apparues avec les surplus productifs et la possibilité d’accumuler. Des sociétés pacifiques, poursuit-elle, ont existé et existent encore aujourd’hui ; elles ont deux caractéristiques : Elles sont non-hiérarchisées ou horizontales, et elles privilégient les valeurs éthiques et spirituelles sur les valeurs matérielles.

* Marylène Patou-Mathis, Préhistoire de la violence et de la guerre, Paris, Odile Jacob, 2013.

(Textede Jean-Pierre Cavalié et Françoise Rocheteau, délégués régionaux de la Cimade en région PACA. )

LIRE L’ARTICLE INTÉGRAL SUR J’AI DEUX KÔAN À VOUS DIRE

abonnezvous

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.