Les 7 clés de la méditation


sable

La méditation ne vise pas simplement à obtenir une sensation de bien-être, elle touche à l’essence de notre être. Elle est quête du Réel. La méditation est accessible à toute personne réellement motivée pour cela ce livre présente plusieurs approches différentes, de plusieurs traditions sans en privilégier une en particulier, pour tenir compte de la difficulté que rencontre toute personne qui s’essaye à la méditation.

Dans notre quotidien Tous les expédients, projets, espoirs, amours, possessions, distractions qui fondent notre existence sont illusoires ils ne pourront jamais combler notre manque, cette blessure qui demeure perpétuellement ouverte au coeur de notre vie. Mais si nous voulons que la méditation transforme réellement notre vie, il faut que notre démarche soir un engagement. Si les psychothérapies peuvent nous aider à rendre notre individualité plus lucide, plus harmonieuse, les relations avec les autres plus aisées, mais pas à nous libérer de l’ego.

Méditer c’est s’ouvrir à la réalité, comme on ouvre la main pour voir le fruit qu’elle continent et la « vraie vie » est là, présente, dans toute son ampleur, sa splendeur. La méditation n’a pas d’autre fonction que celle de nous unifier avec ce mouvement sans commencement ni fin de la vie Une.

Erik Sablé nous livre 7 clés qui lui paraissent être essentielles pour ouvrir la porte de notre intériorité.

  1. La sagesse
  • C’est un regard plus juste sur la vie, sortir de notre attente habituelle d’un bonheur qui viendrait d’un quelconque arrangement futur, de la satisfaction d’une ambition ou d’un désir. La seule attitude juste consiste à accepter pleinement, totalement, les événements de notre vie, car notre vie n aurait pas pu être différente de ce qu’elle est . Si nous sommes réellement en accord avec l’univers, nous avons plus de chance de nous ouvrir à la « magie » de la vie, de nous ouvrir au langage des signes, à l’intelligence de l’univers qui parle dans nos vies.
  1. Le souffle
  • Erik Sablé nous donne les bases de la Pleine conscience : orienter son attention vers le souffle, prendre conscience des différentes parties du corps, puis de son ensemble, diriger son attention vers les bruits, puis revenir à une écoute plus générale. Ne pas associer tout ce qu’on perçoit à des pensées.
  1. La compréhension des mécanismes du mental
  • Ici, l’important est de pouvoir remonter l’enchaînement des pensées. Celles-ci ne servent qu’à perpétuer l’ego, le moi. Sans les pensées le moi tombe, n’existe plus. Mais ce n’est pas des pensées dont il faut se libérer, mais de l’attachement aux pensées.
  1. La concentration
  • Il existe globalement deux méthodes de méditation opposées ; celles qui préconisent l’exercice de la volonté et les autres qui demander plutôt l’absence d’effort, l’abandon. En réalité les deux phases sont nécessaires sur le chemin. L’effort, la discipline et l’abandon, l’ouverture doivent se lier l’un à l’autre pour donner une pratique harmonieuse.
  1. L’attention à la racine de l’illusion
  • Ce sont les émotions qui nous rattachent au flux des pensées errantes, le flux mental est en réalité profondément discontinu. Il se compose d’une succession de jaillissements. L’impression de continuité est due à l’illusion (maya).
  1. La présence
  • La présence, c’est de l’ordre de ineffable, cela n’appartient pas aux méthodes mais au contraire cela demande de l’ouverture, de l’abandon. Lorsque nous sommes apaisés, abandonnés, ouverts, détachés, libérés des liens des préoccupations, « cela » naît et se développe en nous spontanément. Il suffit de retourner son regard. Mais cette découverte ne peut faire l’objet d’aucun exercice spécifique. Elle naît et se développe d’elle-même. Nous ne pouvons que l’accueillir le laisser croître, nous devons juste être présent à ce qui est.
  1. La joie et la sérénité
  • Il est bon de terminer une séance de méditation en cultivant la joie, la compassion qui dilate notre être. Nous nous ouvrons aux autres et au monde, car la dilatation, l’élargissement de la conscience sont toujours associés à la joie, à la plénitude. Il faut s’ouvrir, dilater son être. Comme dans la pratique des 4 incommensurables du bouddhisme tibétain. En cultivant une pensée de joie ou de sérénité, en s’en imprégnant, elle finit par s’inscrire dans les couches plus profondes de la psyché. Ces méditations sur la joie, la sérénité, la compassion, tracent comme des sillons dans la terre de l’âme qui se substituent aux pensées de crainte ou d’espoir qui nous habitent habituellement.

 esable

Les 7 clés de la méditation – Erik Sablé – Editeur : Almora

abonnezvous

Advertisements

Une réflexion sur “Les 7 clés de la méditation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s