Rues de Nantes : Rue Lamoricière

rue

Auparavant (jusqu’en 1874) cette voie était sur un terrain marécageux planté d’arbres proche de la Chézine et s’appelait Rue de l’Entrepôt de la Rivière. Un vaste entrepôt de café sert de prison pendant la Terreur.

p1030177

Christophe Louis Léon Juchault de Lamoricière (ou La Moricière) est un général et homme politique français né à Nantes (1806) et décédéprès d’Amiens (1865). C’est une vieille famille noblre originaire de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu.
Il fit partie de l’expédition d’Alger. À la formation du corps des zouaves il y fut nommé capitaine, il connaissait l’arabe.

Il combat en 1835, le lieutenant d’Abd el-Kader, Hadj-el-Sghir, le bey de Milianah et prit Constantine en 1837 sous les ordres du général Valée. Il fut nommé colonel des Zouaves en 1837.

À l’instigation d’Abd el-Kader, le sultan du Maroc entre sur le territoire algérien ; en 1844, Lamoricière défend à la frontière le camp de Lalla-Maghrnia contre les envahisseurs, et le 14 août, c’est la victoire de l’Isly. Bugeaud remet entre ses mains, en 1845, le gouvernement intérimaire de la colonie. Chef de guerre efficace et respecté, dont la carrière est couronnée en 1847 par la reddition d’Abd El-Kader.

Louis-de-lamoriciere
Député de la Sarthe dès 1846, ministre de la Guerre en 1848, vice-président de l’Assemblée législative, son ascension politique est rapide dans un contexte assez agité.
Le 24 février 1848, le gouvernement fit un appel à tous les noms qu’il croyait pouvoir, dans la crise, exercer quelque influence sur le peuple et sur l’armée. Le général Lamoricière parut sur les boulevards, en uniforme de colonel de la garde nationale, proclamant la régence et la fin des hostilités ; mais, dans la rue de Rohan, son cheval est tué d’un coup de feu et il reçoit lui-même, au bras, un coup de baïonnette. On parle de le mettre à mort ; des ouvriers le défendent, l’emportent dans une maison devant laquelle ils montent la garde ; et dans la soirée il regagne son domicile.
En mars 1848, il fut nommé membre de la commission de Défense nationale. Le général Lamoricière a accepté le portefeuille de la guerre, du 28 juin jusqu’au 22 décembre 1848. Il participe activement à l’écrasement des journées insurrectionnelles de juin 1848, en particulier pendant la journée du 25 juin 1848 où ses troupes attaquent la barricade de la rue Saint Maur.
Élu à l’Assemblée législative, il a provoqué le décret de cette Assemblée du 19 septembre 1848, qui a ouvert un crédit de 50 millions pour l’établissement des colonies agricoles en Algérie, des études préparatoires pour la colonisation de la province d’Oran avaient été antérieurement faites et publiées sous sa direction.

Il est arrêté lors du coup d’État du 2 décembre 1851 car il est un fervent opposant de Louis-Napoléon Bonaparte. Il est exilé pendant 5 ans, exil qu’il passe essentiellement en Belgique.

En 1860, il se dévoue à la cause pontificale, le Saint-Siège se trouvant menacé par les troupes de Garibaldi ainsi que par le Piémont-Sardaigne qui lutte pour unifier l’Italie sous la couronne de son roi Victor-Emmanuel. Mais son enthousiasme et son expérience ne peuvent rien contre des puissances nettement supérieures : la défaite de Castelfidardo sonne la fin de l’aventure.
En remerciement de ses services, le pape Pie IX lui fait élever un cénotaphe dans la Cathédrale de Nantes, inauguré en 1879, tandis que la ville de Constantine lui érige un monument inauguré en 1909, mais qui sera rapatrié à l’issue de la guerre d’Algérie et finalement installé à Saint-Philbert-de-Grandlieu, la ville d’origine de sa famille.

682px-Cenotaphe_lamoriciere01      800px-Cenotaphe_lamoriciere02

Lamoricière, aujourd’hui Altava, est une commune du département d’Oran en Algérie nommée en hommage au général

lamoricierealgerie    Photo6

Un paquebot porta aussi son nom. Hélas il est surtout connu pour son naufrage le 9 janvier 1942, alors qu’il tentait de secourir le cargo Jumièges. Il coule en Méditerranée, au large des côtes de Minorque. Dans ces circonstances dramatiques, plus de 300 personnes perdront la vie. Début 2008, l’épave est identifiée par l’équipe de plongeurs italo-espagnols de Guido Pfeiffer.

lamoricierebateau    lamoricieredifficutlé

La rue Lamoricière était surtout connue à Nantes pour son usine électirque, construite en 1901, dans un style Néo-baroque éclectique (on pouvait donc dire que ce’était une « usine éclectique » 😆 ) C’était la seconde à ouvrir à Nantes, après celle de la rue Sully et avant celle de Chantenay.

Cette usine accueille désormais un complexe sportif de quartier, un supermarché, des magasins, des bureaux et un CMP.

p1030178

p1030179

VIA LE SITE LES RUES DE NANTES

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.