La Voie de l’Éveil, la Voie de l’Action

bouddha-rebelle

Texte de Eric Rommeluère

La prime parole du Bouddha (l’Éveillé en sanskrit) restera à jamais inaccessible. Les premiers textes bouddhistes datent de la généralisation de l’écriture en Inde peu avant le début de l’ère chrétienne, trois siècles environ après son « extinction » (le nirvâna) et montrent déjà des disparités liées à la multiplication des écoles. Toutes les traditions indo-himalayennes et extrême-orientales connues aujourd’hui sont issues d’un mouvement de réforme, sans doute transversal à plusieurs écoles, né à cette même époque en Inde et qui s’intitule la Voie de la Grandeur (mahâyâna, ou « Grand Véhicule »). Ses origines restent mystérieuses et les historiens ne savent eux-mêmes décider s’il apparut dans le Nord ou bien dans le Sud du sous-continent.  […] Une triade apparaît : en sanskrit, prajñâ, karuna et upâya ; en français, la sagesse, la compassion et les moyens habiles  […]  . La sagesse ne peut être expérimentée sans la compassion, l’une soutient l’autre ; leur mûrissement conjoint s’épanouit dans une parfaite habileté à agir dans la multitude des situations. Ces trois termes condensent à eux seuls la voie de l’Éveil telle qu’elle est toujours appréhendée par les écoles actuelles.   […] le terme de karuna fut d’ailleurs adopté pour sa quasi-homophonie avec karana, l’agir.   […] 

Pour tenter de traduire au mieux cette résolution à la sagesse et la compassion, disons que l’adepte de la Grandeur aspire à se libérer de ses peurs et à prendre soin du monde. La Voie de l’Éveil est conçue comme un chemin dédoublé : sur le premier, il s’exerce à se défaire des plus fondamentales de ses peurs, la peur de mourir, la peur de ne pas être reconnu, la peur de ne pas être aimé ; sur l’autre, il s’exerce à prendre soin de ceux qui meurent, de ceux qui ne sont pas reconnus, de ceux qui ne sont pas aimés. Le chemin débute par l’acceptation inconditionnelle de sa propre fragilité et vulnérabilité. Mais l’acceptation, seule, ne suffit pas. Les Livres de la Grandeur sont une collection de méthodes, de pratiques et d’enseignements pour s’appliquer, jour après jour, à l’audace de se libérer des peurs et de prendre soin du monde. Une fois les réticences, les restrictions levées, le double chemin ne fait plus qu’un.   […]  La Voie de l’Éveil devient la Voie de l’Action. C’est l’upâya, un terme sanskrit qui provient d’un verbe upe, « s’engager », avec les mêmes acceptions qu’en français : s’engager dans une voie, s’engager pour autrui. L’upâya signe la destinée de la Voie de l’Éveil.

Pour un disciple du Bouddha, que peut signifier en ce XXIe siècle cheminer dans l’art de la Grandeur, sinon encore et toujours se réconcilier avec la vie, mais d’une façon plus vaste encore.   […] Un disciple du Bouddha ne peut que reprendre à neuf la signification de cette triade fondamentale, prajñâ, karuna et upâya, et intégrer pleinement cette troisième sphère dans son chemin d’éveil et d’action. Lorsque la vie devient pesante, lourde, altérée par des conditions de travail, des conditions économiques difficiles, chacun d’entre nous doit se sentir interpellé par une responsabilité partagée. Comment un disciple du Bouddha pourrait-il l’ignorer ? Il lui appartient de révéler les souffrances sociales et d’œuvrer, individuellement et collectivement, à leur dénouement.   […]

LIRE L’ARTICLE INTÉGRAL SUR J’AI DEUX KÔANS À VOUS DIRE

abonnezvous

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.