Anne ZINGA

Anne ZINGA

Anne ZINGA – Reine, 1582 – 1664 – ANGOLA

Anne Zinga est la fille de Zingha-n-Bandi-Angola, huitième roi de Matamba, en Afrique centrale. Son nom complet Ngola Mbandi Nzinga Bandi Kia Ngola, signifie : La reine dont la flèche trouve toujours le but

Très tôt initiée aux affaires du Royaume, elle représente son pays auprès des Portugais et négocie un accord avec ces derniers lorsque son frère accède au trône. Couronnée à la mort de son frère, elle dirige le Royaume d’une main de fer jusqu’à sa mort, à l’âge de 82 ans.

Son long règne est marqué par d’innombrables luttes internes et une relation houleuse avec les Portugais qui mettent à l’épreuve ses talents de négociatrice, la force de résistance de son armée et sa détermination à ne faire que le minimum de concessions à l’envahisseur.
Elle constate avec effroi l’asservissement en esclavage d’une partie de son peuple. Luanda avait la réputation d’être un des plus grands ports de traite et un des plus brutaux. Les esclaves y étaient parqués comme des bêtes et près de la moitié d’entre eux mourrait de malnutrition et de mauvais traitements avant même leur transfert sur les bateaux négriers.
En effet, en cette fin du 16e siècle, début du 17e siècle, de nombreux négriers européens pratiquent la traite des Noirs sur la « côte d’Angole » qui désigne alors non seulement l’actuelle Angola, au Sud du fleuve Zaïre, mais également au Nord, les royaumes du Congo : le Loango, le Kacongo et le Ngoyo ou Gabinde, particulièrement productifs. Les captifs, que les Européens appellent Congos, viennent de la périphérie de ces royaumes et arrivent aussi, par le fleuve, de régions plus lointaines du centre et du sud de l’Afrique. Selon les données des expéditions négrières, près de 40 % des déportés africains seraient issus de l’Angola et du Congo. Accueillie par le vice-roi du Portugal Don Joao Correia da Souza, Anna Zinga marque les colons par son sens de la répartie et son habileté politique, qui lui permettent de dominer la rencontre.

Elle parvient à obtenir le recul des troupes étrangères au-delà des frontières antérieurement reconnues et le respect de la souveraineté du Matamba. À la fin de la négociation, le vice-roi propose que le territoire libre de la reine soit mis sous la protection du roi du Portugal, ce qui aurait en réalité signifié le paiement d’un impôt consistant en la livraison de 12 à 13 000 esclaves par an à l’administration coloniale. Anna Zinga refuse fermement cette proposition.

Le traité signé, Anna Zinga obtient gain de cause et règne alors sur la dernière partie libre du pays jusqu’à sa mort.
Sans héritier pour le trône, Anna Zinga fut la dernière souveraine à régner sur l’Angola.
Les Portugais interdisent la traite en 1836.

Anne ZINGA
DIX FEMMES PUISSANTES
PORTRAITS DE FEMMES EN LUTTE CONTRE L’ESCLAVAGE COLONIAL
10 mai – 15 septembre 2013
Parvis du Mémorial de l’abolition de l’esclavage – Nantes

ATTENTION CE BLOG DÉMÉNAGE À CETTE ADRESSE :
frederic.baylot.org

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.