Cudjoe Queen NANNY

Cudjoe Queen NANNY

Cudjoe Queen NANNY – Marronne, vers 1686 – vers 1733 – JAMAÏQUE

Nanny, qui serait née aux environs de 1686 au Ghana, chez les Ashanti, est emmenée sur l’île de la Jamaïque comme esclave alors qu’elle n’est encore qu’une enfant. Nanny aurait été vendue à Saint Thomas Parish, une région située aux abords de Port Royal où les esclaves travaillaient jour et nuit sur les plantations de canne à sucre.
Ses frères, Accompong, Cudjoe, Johnny et Quao avaient été placés chez le même maître. Ils fuient ensemble la plantation. Nanny et Quao forment une communauté de marrons à Portland Parish. Nanny y rencontre son futur époux, Adou. Ils n’auront pas d’enfant.
Vers 1720, Nanny et Quao parviennent à contrôler la région des Blue Mountains et lui donnent le nom de Nanny Town, un territoire de 500 acres (2,4 km2) où viennent habiter les esclaves qu’elle a réussi à libérer. Nanny Town occupait une position stratégique. Sa situation sur une crête de 300 mètres au bord d’un précipice – sur le long duquel une voie étroite permettait d’installer à des points stratégiques des gardes qui repéraient les ennemis – rendait toute attaque britannique difficile. Afin d’avertir ses guerriers de tout danger imminent, Nanny faisait sonner la fameuse corne appelée abeng. Les marrons de Nanny, extraordinairement bien entraînés, parvinrent maintes fois à repousser les soldats anglais.
Nanny fut une importante figure spirituelle et une grande stratège militaire. Elle avait adopté des tactiques de guérilla, elle ordonnait à ses guerriers de s’habiller de façon à ressembler aux arbres et aux buissons et envoyait des hommes se montrer volontairement aux soldats britanniques pour les faire tomber dans des embuscades.

Nanny avait aussi organisé un commerce basé sur du troc de nourriture, d’armes et de vêtements, qui permettait de faire vivre sa communauté. Les marrons de Nanny Town vivaient aussi d’élevage de bétail et d’agriculture.
Dans le Journal of the Assembly of Jamaica du 29 et 30 mars 1733, un esclave noir qui aurait combattu dans la première guerre contre les marrons, le Capitaine Sambo, aussi connu sous le nom de William Cuffee, était cité dans la rubrique de « l’esclave loyal » en ces termes : « car ce très bon Nègre a tué Nanny, la femme rebelle Obeah ». Entre 1728 et 1734, Nanny Town et d’autres communautés de marrons furent sévèrement attaquées par les forces britanniques.
Nanny aurait été tuée lors de l’un de ces combats en 1733.
L’esclavage est aboli à la Jamaïque en 1833 après de grands soulèvements d’esclaves.

J-053-Nanny-of-the-Maroons
DIX FEMMES PUISSANTES
PORTRAITS DE FEMMES EN LUTTE CONTRE L’ESCLAVAGE COLONIAL
10 mai – 15 septembre 2013
Parvis du Mémorial de l’abolition de l’esclavage – Nantes

ATTENTION CE BLOG DÉMÉNAGE À CETTE ADRESSE :
frederic.baylot.org

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.