Héva

HÉVA

HÉVA – Maronne, 1re moitié du 18e siècle – LA RÉUNION

Héva appartient à l’épopée du marronnage réunionnais.
Pendant vingt-cinq ans, elle fut la compagne d’Anchaing, célèbre marron qui a laissé son nom à un piton dans le cirque de Salazie. Ils auraient eu huit filles. Les noms de deux d’entre elles ont été retenus par l’histoire : Samangavole, épouse du chef Matouté auprès de qui elle siègait au conseil des chefs marrons, et Marianne, compagne de Cimendef (en malgache, « qui ne peut être esclave »). Héva est capturée en 1740. On ne sait pas ce qu’elle est devenue.
L’étude de l’esclavage colonial à l’île de La Réunion reste incomplète car elle se heurte à de nombreuses difficultés.
Les informations laissées par les autorités coloniales en ce qui concerne l’état civil des esclaves sont souvent très insuffisantes pour dresser un tableau complet de leur situation.
Colonisée définitivement à partir de 1665 par la France, la traite se développe vers l’île à partir de 1725. Bien que les colons préfèrent les captifs de l’Inde perçus comme plus dociles, ils se tournent bientôt vers Madagascar car les Malgaches sont « plus solides et plus forts ». En 1768, on compte 45 000 esclaves et 26 284 libres.
Le marronnage est particulièrement actif au 18e siècle après l’introduction massive d’esclaves entre 1715 et 1760 pour permettre la culture du café. Le nombre de marrons s’élève en 1741 à près de 6 % de la population de l’île.
Entre 1730 et 1770, les colons français s’organisent militairement et mènent une véritable guerre contre les marrons, en majorité des Malgaches. 19 détachements sont crées au milieu du 18e siècle. Les marrons capturés subissent les punitions les plus sévères. Elles sont souvent publiques afin de marquer les esprits : oreilles et jarret coupés, marques au fer rouge sur le visage et pendaison, ils sont aussi brûlés vifs ou roués de coups jusqu’à la mort.

Parmi les marrons capturés, il y a entre 24 % et 39 % de femmes. Leurs vies sont enfouies dans les archives de police : Geneviève, Malgache, âgée de 20 ans est marronne pour la 7e fois en 1730 ; Isabelle, Malgache de 35 ans, part en marronnage le 5 novembre 1741, elle est capturée le 2 août 1742 et condamnée le 26 novembre à avoir les oreilles coupées. Elle repart le 8 septembre 1743 avec son fils de 13 ans et ne sera capturée que 9 ans plus tard ; Cotte, âgée de 12 ans, part en marronnage le 5 octobre 1736, elle est reprise le lendemain. Elle repart le 9 octobre 1738, et est reprise le 13. Elle reçoit 100 coups de fouet. Elle s’enfuit de nouveau en juin 1743 et sera tuée à l’âge de 28 ans, le 17 juin 1752 par un chasseur de marrons. Certaines des femmes capturées ont vécu entre 14 et 20 ans dans les forêts et les montagnes, une vie dure et dangereuse, pendant laquelle elles étaient chassées de manière implacable par les détachements armés.

La littérature orale, la langue créole et la toponymie de l’intérieur de l’île ont gardé vivant le souvenir des marrons.
En effet, nombre de pitons et de cirques portent le nom de grands marrons, Dimitile, Cimendef, Anchaing, et les noms donnés par les marrons aux lieux qu’ils occupaient ont aussi survécu, Cilaos, Mafate, Salazie… Ainsi, malgré les efforts pour effacer leur histoire, les marrons ont marqué l’île et sont restés des figures de la révolte.
La première abolition de l’esclavage le 4 février 1794 n’est pas appliquée à l’île Bourbon. Le décret du 27 avril 1848 ne sera promulgué que le 20 décembre 1848, les propriétaires d’esclaves ayant obtenu ce délai pour réaliser la coupe des cannes. 60 000 esclaves sur 100 000 habitants deviennent citoyens mais leur situation restera précaire.
Aucune mesure ne sera prise pour leur faciliter l’accès à l’éducation, la santé, la terre. Ils sont citoyens mais toujours sous statut colonial. Le statut colonial est aboli le 19 mars 1946.

heva

DIX FEMMES PUISSANTES
PORTRAITS DE FEMMES EN LUTTE CONTRE L’ESCLAVAGE COLONIAL
10 mai – 15 septembre 2013
Parvis du Mémorial de l’abolition de l’esclavage – Nantes

ATTENTION CE BLOG DÉMÉNAGE À CETTE ADRESSE :
frederic.baylot.org

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.