Hyperpolyglotte

A seulement 17 ans, Timothy, jeune new-yorkais, est hyperpolyglotte. Au total, il lit, écrit et parle plus au moins bien 23 langues.

Comme beaucoup de ses camarades new-yorkais, Timothy Doner a étudié le français à l’école. Puis il a constaté qu’à force d’entendre des chansons en hébreux, il réussissait à parler un peu la langue.

Pour sa bar-mitzvah, il y a quatre ans, il décide de s’y mettre. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas fait les chose à moitié : aujourd’hui, il estime que c’est « sa deuxième langue maternelle ». C’est le début d’une étrange addiction, aussi rare qu’exigeante : Timothy se met à apprendre des langues étrangères à la chaîne.

Il revendique une certaine logique dans ses choix d’apprentissage. « J’ai appris le farsi [Iran], donc j’ai voulu aussi apprendre le pashto [Afghanistan], puis le kurde et ainsi de suite… » Au total, Timothy parle, lit, écrit, plus ou moins bien, 23 idiomes, dont l’allemand, l’italien, le néerlandais, le mandarin, le russe, le turc, le hindi, le swahili, le xhosa (Afrique australe) et même l’ojibwé, parlé par des Amérindiens aux États-Unis et au Canada.

Apprendre une nouvelle langue demande au jeune New yorkais en moyenne six mois. Pour y parvenir, Il passe tout son temps libre plongé dans des livres de grammaire, utilise son ordinateur pour aller sur des forums, consulter des traducteurs en ligne et communiquer par Skype ou son iPhone pour apprendre du vocabulaire. Il pratique beaucoup avec les gens qu’il rencontre et qui peuvent l’aider à améliorer sa prononciation.

Dans les vidéos qu’il met en ligne sur YouTube, il peut monologuer pendant une quinzaine de minutes en utilisant au total une vingtaine de langues. Il avoue que la grammaire difficile du russe lui donne du fil à retordre, tout comme le chef-d’oeuvre de Léon Tolstoï, Anna Karénine, qu’il trouve « ennuyeux ».

La langue est le prétexte à des discussions sur la culture et les modes de vie de tous les pays. Mais c’est surtout la difficulté de la grammaire et de la syntaxe qui attirent Timothy : « Mon amour des langues va au-delà de la communication. Ça peut paraître un peu ridicule de dire ça, mais pour moi c’est plus un exercice intellectuel à part entière. »

Son amour des langues le met parfois dans d’étranges situations : il se met à suivre dans la rue des étrangers pour profiter de leur conversation ou alors il se trouve capable de comprendre les moqueries en “VO” de ses voisins dans le métro, qui se trouvent très surpris de l’entendre répliquer dans leur langue.

Timothy est ce que les linguistes appellent un hyperpolyglotte, c’est-à-dire quelqu’un qui maîtrise un grand nombre de langues (un polyglotte ne parlant « que » six langues au plus). Et il n’est pas seul : Internet a donné à ces petits génies du langage un vaste terrain de jeu où ils peuvent dialoguer, se mesurer et recevoir les conseils d’étrangers, membre de la “communauté polyglotte” à l’autre bout du monde. Cette émulation a créé une petite communauté sur internet, qui se défie par vidéos interposées. Mais surtout, qui s’entraide.

Lu sur Ouest-France

2 commentaires

    1. Oui j’ai été suprris aussi, surtout qu’aux US c’est une langue qui est très parlée aussi avec toute la culture latino :mrgreen:
      c’est assez incompréhensible
      Mais ceci dit quand tu penses que j’ai déjà du mal à parler bien français, il est surprenant le jeune, quand même ! Même s’il ne parle pas le castillan !!! 😆

      chaleureusement

      J'aime

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.