Être distinct sans être distant

empathie

Définition et Ambiguïté de l’empathie

 […] Définition du dictionnaire Le petit Robert : de en- « dedans » et -pathie « ce qu’on éprouve »  […]  Philosophie,  psychologie: Faculté de s’identifier à quelqu’un, de ressentir ce qu’il ressent.

 […] Selon Carl Rogers: L’empathie consiste à saisir avec autant d’exactitude que possible, les références internes et les composantes émotionnelles d’une autre personne et à les comprendre comme si l’on était cette autre personne […]

L’empathie est prônée par de nombreux spécialistes de l’aide et de la communication. Pourtant, dans le même temps, ces mêmes professionnels de la communication invitent souvent à trouver la bonne distance, à ne pas trop s’impliquer, à ne pas mettre d’affectivité.

Ceci nous donne un ensemble d’informations ambiguës car contradictoires:

Se mettre à la place de l’autre génère forcément de l’affectivité!
Garder ses distances conduit forcément à ne pas comprendre l’autre.

 […]

Écouter l’autre pour se mettre à sa place (tout en restant soi-même) est un leurre. Se mettre à la place de l’autre, ne peut permettre de le comprendre.

 […]

Celui qui s’adonne à l’empathie ne fait que du narcissisme relationnel. Croyant accéder à une compréhension de l’autre, il ne voit que lui-même… et encore! il ne voit qu’une image erronée de lui-même. En effet, si plus tard il vit  une situation équivalente à celle de son interlocuteur d’aujourd’hui, il vivra une expérience très différente de ce qu’il avait imaginé.

 […]

Nous pouvons faire beaucoup mieux en nous ouvrant simplement à notre interlocuteur.

Plutôt que de nous mettre à sa place, nous pouvons mettre du soin à l’entendre exprimer ce qu’il ressent, pense, ou vit à la place où il est. En laissant notre imaginaire et nos hypothèses de côté, nous pourrons mieux le comprendre.

Notre imaginaire nous est cependant très utile pour être créatif. Notre capacité à émettre des hypothèses nous est aussi très utile dans la résolution de problèmes… mais à deux conditions: d’une part, avec une rigueur mathématique, nous ne devons pas confondre hypothèses et certitudes… d’autre part avant de conclure, apprenons à lire tout l’énoncé.

Une vraie qualité d’écoute s’opère de façon active. Il serait maladroit d’être passif et  de simplement laisser parler. Il est plus efficace d’aider notre interlocuteur à exprimer ce qu’il a à dire grâce à des questions pertinentes, sans conditions de réponse, et non indiscrètes. Ceci amènera la précision et la concision optimum pour le plus grand bonheur de chacun.

 […]

La bonne distance  c’est  […] d’être distinct.

Nous mettrons donc un soin tout particulier à ne pas confondre distinct et distant autant qu’à ne pas confondre proche et fusionnel

Être distant, c’est se mettre en rupture (se couper) de son interlocuteur. Il en résulte bien sûr qu’on ne le voit plus.
Se mettre à la place, c’est se mettre en fusion (ne faire q’un) avec lui. Il en résulte alors qu’il disparaît et qu’on ne le voit pas non plus.

Pour voir l’autre, ce qui est important, c’est de s’individualiser. Être pleinement SOI face à quelqu’un à qui on accorde d’être pleinement LUI

 […]

Il n’y a jamais assez de chaleur humaine et toujours trop d’affectivité. Nous avons bien remarqué que l’excès d’affectivité est nuisible à la qualité de la communication, de l’aide et surtout de la psychothérapie.

 […]

Pour se libérer de l’affectivité, malencontreusement, certains suppriment aussi la chaleur humaine… et le résultat est toujours insatisfaisant.  […]

La chaleur humaine c’est quand on est ouvert à l’autre sans avoir besoin de lui.

L’affectivité c’est quand on a besoin de l’autre ou qu’on a peur de l’autre. Besoin de lui pour combler un de nos manques, pour nous rassurer. Peur de lui quand il risque d’aggraver un de nos manques et de nous déstabiliser.

 […]

En étant proche et distinct, nous sommes à même de comprendre l’expérience de notre interlocuteur, de nous enrichir de ce qu’il en a fait sans pour autant en subir la pression émotionnelle.  […]

Nous devenons ainsi capables d’entendre cette expérience sans la dramatiser ni la banaliser. Nous devenons capables d’en saisir la juste mesure: celle de l’autre (qui n’a forcément que peu à voir avec la nôtre). Nous pouvons ainsi humaniser profondément notre communication qui s’ajuste à la réalité de l’autre.

 […]

LIRE L’ARTICLE INTÉGRAL DE Thierry TOURNEBISE

1 commentaire

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.