Pourquoi les pauvres votent contre leurs intérêts ?

miserables

Ils devraient favoriser les candidats qui promettent d’augmenter les minima sociaux ou de mettre en place des politiques de redistribution plus généreuses. Or ça n’est pas toujours le cas. Des chercheurs américains ont décrypté le phénomène.

[…]

Marine Le Pen (moyenne nationale: 17,9%) a réalisé un bon score chez les ouvriers où elle se place au même niveau que François Hollande (autour de 30%) au premier tour, alors que son programme propose plus d’exclure certains des minima sociaux que d’augmenter à proprement parler ces derniers. Une bonne partie de son programme est du reste centrée sur la défense des interêts des artisans, commerçants et PME. Surtout, elle devance largement Jean-Luc Mélenchon, même si celui-ci a réalisé un score plus qu’honorable dans cette catégorie (entre 11 et 18% selon les instituts). Comment expliquer ce paradoxe?

[…]

Les pauvres, […]  ont beau être pauvres, ils ne s’en rendraient pas [totalement] compte. […] La plupart sous-estimeraient ainsi que les riches ne sont pas un peu, mais immensément plus riches qu’eux.

Et de fait, les Américains sont convaincus que les 20% de leurs concitoyens les plus fortunés contrôlent 59% de la richesse du pays alors qu’en réalité, ils en détiennent 85%. Résultat: bercés par le rêve américain, les plus modestes surévalueraient grandement leurs chances de rejoindre cette élite économique. Et se fourvoieraient donc lorsqu’ils soutiennent des mesures fiscales favorables aux plus riches en pensant, qu’un jour, eux-aussi, en profiteront.

Quatre chercheurs américains, Ilyana Kuziemko, Michael I. Norton, Ryan W.Buell et Taly Reich, viennent d’avancer une nouvelle thèse:  pour eux, si les pauvres votent contre leur intérêt, c’est qu’ils ont peur qu’une politique sociale généreuse profite surtout…. à encore plus démuni qu’eux. Les faisant du même coup descendre tout en bas de l’échelle sociale.

Car il y a toujours plus pauvre et donc plus aidé que soi-même. C’est ce que ces chercheurs baptisent la «last place aversion», autrement dit, le dégoût pour la dernière place. Comme aux cartes, l’important est bien d’être celui….qui n’a pas le pouilleux!

[…]

Pour le démontrer, ils n’ont ni plus ni moins procédé à une expérience de laboratoire. Les chercheurs ont distribué à des «cobayes» des sommes d’argent représentant leur revenu théorique, et chacun a pu savoir à quel niveau de richesse il se situait par rapport aux autres participants. Les chercheurs leur ont ensuite donné le choix: préféraient-ils bénéficier d’une augmentation de revenu modeste mais tout à fait certaine, ou participer à une loterie, qui, si par hasard ils la gagnaient, les ferait progresser d’un ou plusieurs rangs par rapport aux autres participants.

La probabilité d’opter pour l’une ou l’autre solution s’est révélée à peu près stable pour tous les participants. Sauf pour les deux moins bien lotis qui optaient plus souvent pour la loterie.

[…]

Autrement dit, l’important pour l’électeur américain ne serait pas d’être pauvre, en valeur absolue, mais bien de ne l’être pas trop, en valeur relative.

D’autres études corroborent cette interprétation, et la précisent encore plus: ainsi les recherches de Alberto Alesina, Edward Glaeser et Bruce Sacerdote trouvent deux raisons principales à la faiblesse d’un soutien populaire à un Etat providence américain:

«Les Américains sont persuadés d’une part qu’ils vivent dans une société ouverte et juste  —et où toute redistribution est donc inutile, NDLR—, […] et de l’autre qu’une plus grande redistribution profiterait surtout aux minorités ethniques, et non à eux-mêmes».

«D’où l’émergence de la notion de ”welfare chauvin”, dont les largesses ne profiteraient qu’aux nationaux, comme le prône en France Marine Le Pen», explique Bruno Cautrès.

[…]

Mais si les plus pauvres ne votent pas toujours «utile», ils ne sont pas les seuls! «A l’inverse, constate Bruno Cautrès, les classes moyennes éduquées votent désormais majoritairement pour la gauche socialiste, alors que celle-ci, bien souvent, augmente leur effort fiscal».

Explication: le vote n’est pas seulement l’expression d’intérêts. Mais aussi celle de valeurs qui parfois transcendent ou contredisent cet aspect purement utilitariste.

[…]

Lire l’article intégral de Catherine Bernard sur SLATE

4 commentaires

  1. Voter n’est ce pas en fin de compte : rêver d’un mieux et le vouloir
    Et ce mieux est un rêve dont la concrétisation est » à venir  »
    Tel est le paradoxe me semple t il de toute action volitive.

    J'aime

    1. Chère Lise, voter me semble un « pis-aller » qui en ce moment va de mal en pis (pis dont nous sommes les vaches à lait. :mrgreen: )

      Le mieux serait une participation active à ce qui nous concerne directement et localement. Mais les consensus sont des voies plus lentes et plus délicates.

      Maintenant c’est vrai que le vote est souvent une démarche infantile, de confier les clés de la voiture dans laquelle nous sommes à un conducteur que l’on connait peu et qui a beau jeu de nous dire combien il conduit merveilleusement. Mais après soit nous restons terrés en silence sur notre siège du passager et le laissons conduire et aller où il veut, soit nous vivons dans la déception de ce que la conduite n’est pas à la hauteur de la promesse.

      Maintenant que (qu’en) faire ? C’est mon dilemme à chaque élection, ne pas voter pour ne pas participer à ce système et ne pas signer un blanc-seing ?
      Voter et assumer d’avoir à se soumettre pendant le temps de la législature concernée ?
      Je prends une voie médiane et bancale, je vote et n’accepte pas le blanc-seing.

      Merci à toi de tes mots sages
      je t’embrasse

      J'aime

  2. Malheureusement, dans un monde où règnent le mensonge et la corruption comme des instruments de pouvoir incontournables, comment peut-on conduire une réflexion rationnelle et pragmatique? Tout est faussé. Les pauvres restent les jouets de systèmes auxquels ils ne comprennent rien et qui leur échappent complètement.
    On arrive à faire passer les lois les plus absurdes et iniques sans la moindre réaction du peuple. Le jeu consiste probablement à tout embrouiller et à tout compliquer à souhait.
    Les riches eux-mêmes votent-ils tous à coup sûr dans le sens de leur intérêt? Ca reste à voir. En effet, il existe des motivations d’un autre ordre que le pur intérêt de classe ou individuel?

    J'aime

    1. Cher Laurent, le mensonge règne-t-il ? On peut dire que le système lui fait une belle place, en commençant par la publicité, mais il reste des tas de personnes de responsabilités qui n’usent pas du mensonge comme règle de conduite. Enfin je veux le croire. Même si je ne me fais pas d’illusion et sait par expérience que toute parcelle de pouvoir donnée à un humain entraîne un désir de surpouvoir, d’égotisme et de désir de sortir du groupe d’où il vient.

      Maintenant la folie ambiante ne nous interdit pas, elle nous y oblige presque, à ne pas avoir une réflexion, et ce n’est pas à toi que je vais le dire pour ne pas se soumettre à la folie générale qu’on cherche à instaurer.

      Il est probable que le fonctionnement du système échappe aux pauvres, aux moins pauvres, mais cela n’a rien d’étonnant vu qu’il échappe aussi à l’élite, il suffit de voir les prévisions erronées faites par les FMI, les ministres de l’économie etc. Mais est-il nécessaire de comprendre le système pour le refuser quand celui ci est oppressif ?

      Pour la classe la plus riche, oui ils savent faire le lobbying nécessaire pour que les lois aillent dans le sens de leurs intérêts matériels (voir par exemple dans la précédente législature les députés qui avaient fait supprimer le texte proposant de la prison pour un député qui mentirait sur ses biens) maintenant les intérêts de la vie elle-même (dont ils dépendent aussi) certainement qu’ils ne votent pas pour (voir le nucléaire, les ogm, les intrants chimiques etc)

      L’intérêt de classe est déjà plus intéressant pour moi que l’intérêt individuel car il est collectif, mais il reste limité à agir « contre », or dans la vision systémique que nous devrions avoir de notre monde ouvert, il faut agir « avec ». Mais c’est bien plus complexe.

      pffffffffffffffffff :mrgreen:

      chaleureusement

      J'aime

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.