Quel pouvoir ont les mots sur notre santé ?

placebo

Si « l’effet placebo » peut avoir un impact positif sur la santé d’un patient, qu’en est-il de son contraire, « l’effet nocebo » ? Une étude montre que certaines informations négatives, comme les effets secondaires d’un traitement, influeraient sur le développement de certaines pathologies chez le patient.
Nous avons tous entendu parler de l’effet placebo, un ensemble de facteurs agissant de manière positive sur le rétablissement du patient. Mais que connaissons-nous de son contraire, l’effet nocebo, et de ses effets sur la santé ?

Savez-vous par exemple que le simple fait de connaître les effets indésirables d’un médicament multiplie les chances qu’ils se manifestent ? Une étude menée auprès de patients atteints de la maladie coronarienne, à qui ont été administré un traitement dont un des effets secondaires pouvait être une baisse de la libido, montre que seul 3% des patients qui n’en avaient pas été informés ont témoigné de difficultés dans ce domaine contre 31% de ceux qui avaient été informés au préalable de l’ensemble des effets secondaires possibles. C’est ce que les médecins appellent « l’effet nocebo », ce qui signifie en latin « je vais nuire », soit l’exact contraire de l’effet placebo, qui lui signifie « je vais plaire ». Les informations communiquées par les professionnels de santé jouent ainsi un rôle important dans le processus de guérison, mais aussi dans le développement de certaines pathologies.

«Des psychologues américains ont par exemple pu prouver que la probabilité de mourir d’une crise cardiaque est trois fois plus élevée chez les femmes quand elles croient qu’elles seraient particulièrement disposées à avoir un infarctus.» «Les sentiments négatifs augmentent chez tout le monde le danger d’avoir un infarctus, d’une façon aussi déterminante qu’une tension élevée, dit Karl-Heinz Ladwig, expert en cardiologie à la clinique psychosomatique de l’Université technique de Munich. Des symptômes tels qu’une grande fatigue ou une mélancolie dans les six mois qui précèdent un infarctus seraient si typiques que les médecins devraient prêter beaucoup plus d’attention aux troubles psychiques et aux dépressions, et pas uniquement observer les facteurs de risques classiques tels que la tension, le diabète et l’augmentation du taux de cholestérol.»

Dans certains cas, l’effet nocebo peut même conduire à la mort, comme l’explique le SZ Magazin, qui cite le cas d’un Américain à qui les médecins avaient diagnostiqué un cancer du foie en phase terminale dans les années 1970, et qui pensaient qu’il ne lui restait plus que quelques mois à vivre:

«Il mourut en fait quelques semaines plus tard. Quand son corps a été examiné, les médecins s’étonnèrent pourtant: la tumeur, d’un diamètre de 3 cm, était restée assez petite, ne s’était infiltrée dans aucun autre organe et n’avait pas formé de métastases, comme l’autopsie le montra. “L’homme ne mourut pas d’un cancer mais parce qu’il croyait qu’il était en train de mourir d’un cancer”, explique Clifton Meador [chercheur à l’Université Vanderbilt, à Nashville].»

L’auteur de l’article déplore que les médecins ignorent trop souvent l’effet nocebo et ne mesurent ainsi pas la portée de leurs paroles, qui peuvent s’avérer destructrices pour la santé de leurs patients. Un problème pris très au sérieux par la revue médicale professionnelle Ärzteblatt, qui a publié l’an dernier une liste des expressions à bannir à l’usage des professionnels de la santé, parce qu’elles provoquent une incertitude, telles que «Peut-être que ce médicament pourrait vous aider», qu’elles sont soit négatives – «Vous êtes un patient à risques» – ou rabaissantes – «Vous n’avez pas besoin d’avoir peur» – ou encore à double sens, comme le terrible «Maintenant nous allons vous endormir, tout va être fini dans un instant» avant une opération…

Lire les articles en entier sur ces sites  : INREESSLATE

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.