« Je pense et j’emboîte le pas à mes pensées » (Descartes)

 « Je pense donc je suis », proclamait Descartes. Paul Valéry ajoutait : « Parfois je pense, parfois je suis. » Et la pleine conscience conclut : « Je ne suis pas seulement ce que je pense. » Avec les deux sens : « je suis » au sens « d’aller derrière », et « je suis » au sens « d’être ». C’est ce qu’on appelle la « défusion » dans les psychothérapies cognitives : s’efforcer de diminuer la confusion entre mes pensées et ma conscience. … Ne plus se dépendre de mes pensées, sans pour autant les refuser : simplement entrer dans une relation différente avec elles.

Ce n’est pas la même chose de dire « ma vie est triste » et « je suis en train de penser que ma vie est triste ». En identifiant mes pensées comme des phénomènes de l’esprit, je verrai mieux que, dans ces dernières, se nichent beaucoup de jugements de valeur, d’automatismes, d’impulsions, avec lesquels je n’ai pas forcément à être d’accord.

Christophe André, Méditer jour après jour, Ed l’Iconoclaste

1 commentaire

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.