Le voyage à Nantes et Estuaire 2012 #2

Pour l’été Nantes s’affole et “ça foule” avec pour la troisième et dernière fois la “triennale” ou “biennale” (je ne sais pas car cela se passe trois fois, tous les deux mais en fait ici trois ans) deEstuaire accompagnée du Voyage à Nantes. Je vous ai déjà  un peu parlé ICI de l’ouverture avec la Nuit du Van, mais voici d’autres oeuvres.

Pour s’y retrouver dans Nantes, ce n’est pas compliqué il suffit de suivre le “fil rose” qui traverse la ville dans de multiples circonvolutions, telle la “Rose Line” du Da VInci Code.

Nous y trouvons le VORONOÏ. Dans un arbre une plateforme située au coeur d’un ellipsoïde en polygones de Voronoï (alvéoles mathématiques correspondant à une décomposition particulière de l’espace selon des phénomènes de croissance). On peut y monter à certaines heures de la journée, on ne perçoit la totalité de l’environnement extérieur que d’un seul point : le centre de la plateforme. Dès que l’on se déplace, la structure alvéolaire brouille la vision périphérique :

Puis plus loin, l’L’ULTIME DÉMÉNAGEMENT ! (normalement on le fait plutôt sous terre, là il concerne des ruines d’une maison bourgeoise qui flotte dans les airs.) Défiant les lois de la gravité, Monte-meubles – L’ultime déménagement présente une portion de façade suspendue à 10 m dans les airs. Elle fait face aux autres façades de la place et en reprend le vocabulaire architectural. Mais par quel prodige tient-elle ? Quel incident a pu faire fuir les habitants lors du déménagement ? Quel phénomène aurait stoppé la démolition de cet immeuble ?

Anneaux de Moebius ? Nid des Marsupilamis ?  Le BOLDUQ est une sculpture suspendue au-dessus du tumulte animé du Bouffay, la plateforme s’infiltre entre les diverses terrasses. Un mystérieux noeud, nid fait de rubans entrelacés autour de trois arbres de ces ruelles, s’enchevêtre dans les branches, glisse entre les troncs.

1 000 PLATEAUX de fabrication “manuelle” est un mobilier urbain temporaire suscitant de nouveaux espaces de rencontres. Comme on se donnerait rendez-vous “à la maison”, 1 000 plateaux – tables, bancs, hamacs, praticables – invitent à s’approprier de nouveaux espaces de convivialité le temps d’un pique-nique, d’un apéritif, d’un jeu, d’un moment de détente, ou aire de repos pour les SDF et routards.

Et dans la cour du château, Royal de Luxe réinvente le western sauce spaghetti. Machineries et effets spéciaux réveillent l’ouest mythique et comique (à ne pas mettre dans toutes les oreilles ou yeux). Un western qui brode, sur une histoire pas racontable, tous les archétypes du genre se déroulent dans un village de pionniers comme dans une série B (une improbable légende de cheval carnivore) est prétexte à donner vie à un décor désertique façon Monument Valley. Avec côté jardin, l’auberge miteuse de Fall Street, où sévit un colt 44 ensorcelé.

Pour terminer, sans rapport avec le Voyage à Nantes, mais c’est ma rue préférée, la rue Lambert, rue très large qui se termine en biseau, il faut faire preuve d’humilité pour sortir par le petit passage.

Et il y aussi à St Brévin le Serpent de mer que vous pouvez voir sur le site de Elise, à marée basse et à marée haute !

1 commentaire

Et vous qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.